/news/coronavirus

Traitement de la COVID-19: la vitamine C peut-elle aider?

Agence QMI

Des chercheurs québécois ont obtenu une subvention de 1,87 million $ pour étudier les effets de la vitamine C sur les patients infectés par la COVID-19 qui doivent être hospitalisés. 

• À lire aussi: Chloroquine: «inquiétudes» de scientifiques sur l’étude du «Lancet»

• À lire aussi: L'OMS suspend temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine

• À lire aussi: Une étude confirme l'efficacité modeste du remdesivir

Ces fonds proviennent de la Lotte & John Hecht Memorial Foundation, une institution basée à Vancouver qui privilégie les recherches en santé sur les médecines douces.

Tous deux professeurs à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke, le Dr François Lamontagne et le Dr Neill Adhikari s’intéressent depuis des années aux effets potentiels de la vitamine C.

Depuis 2018, ils dirigent conjointement l’étude LOVIT (Lessening Organ dysfunction with VITamin C). Se déroulant dans une vingtaine d’établissements hospitaliers à travers le Canada, cet essai clinique évalue les effets de fortes doses de vitamine C administrées par voie intraveineuse aux patients souffrant d’infections sévères.

«Dans le contexte de la pandémie actuelle, nous voulons évaluer l’ensemble des effets de la vitamine C sur l’évolution des infections nécessitant un séjour à l’unité des soins intensifs, mais aussi, sur la progression de la maladie de tous les patients atteints de la COVID-19 devant être hospitalisés. À ce jour, nous avons déjà recruté 70 patients atteints de la COVID-19 à travers le Canada», a expliqué le Dr François Lamontagne.

La vitamine C fait partie d’une courte liste de traitements potentiels de la COVID-19 méritant une évaluation rigoureuse selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).