/news/coronavirus

Transport aérien : l’OACI publiera son «guide des bonnes pratiques» sanitaires lundi

Agence France-Presse

GEN-COVID-19

ANDRÉ PAQUETTE / HÉLICOPTÈRE / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

L'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) doit rendre public lundi son protocole sanitaire dans le secteur du transport aérien pour éviter la transmission du coronavirus, a affirmé vendredi Alexandre de Juniac, directeur général de l'Iata.

• À lire aussi: Le fédéral maintient le flou sur les remboursements des billets d'avion

• À lire aussi: L’opposition presse Québec de réclamer un remboursement des compagnies aériennes

• À lire aussi: Air Canada, Air Transat, remboursez!

Ce «guide des bonnes pratiques» vise à «minimiser le risque de transmission du virus à bord (de l'avion) et de transmission d'un pays à l'autre», a expliqué sur la radio France Info le patron de l'Association internationale du transport aérien, qui regroupe 290 compagnies aériennes.

Pour pouvoir redémarrer après avoir été cloué au sol et mis financièrement à genoux, le secteur du transport aérien réclame une harmonisation des règles afin de rassurer les passagers et les États qui ont pour beaucoup fermé leurs frontières dans l'espoir d'enrayer la propagation de l'épidémie.

Le protocole, établi avec la participation de l'OMS, prévoira un «système multicouches avec plusieurs niveaux de contrôle», selon M. de Juniac.

«On va demander à l'arrivée à l'aéroport une déclaration de santé, de symptômes. Ensuite il y aura un contrôle de température à l'entrée du terminal», a-t-il détaillé.

Le port du masque sera «obligatoire, tant dans l'aéroport qu'en montant à bord de l'avion» qui sera «désinfecté avec des produits antiviraux», a-t-il ajouté. Le protocole préconisera également que la nourriture à bord soit «préemballée» et que des contrôles de température soient mis en place à l'arrivée.

Le protocole ne préconise en revanche pas de neutraliser le siège du milieu pour assurer une distanciation physique à bord, le système de filtration de l'air à bord et le port du masque permettant déjà de limiter le risque de transmission, selon lui.

«Ce sont des règles applicables rapidement, de manière sûre et sans imposer une complication trop forte aux passagers tout en garantissant leur sécurité», a-t-il jugé.