/news/coronavirus

Québec solidaire réclame une aide d’urgence pour les camps de jour

Agence QMI

Photo d'archives Mario Beauregard

Québec solidaire (QS) demande au gouvernement Legault de venir en aide aux organismes responsables des camps de jour pour permettre leur redéploiement cet été. 

• À lire aussi: Camps de jour: Lévis forcée de refuser de nombreux enfants

• À lire aussi: Camps de jour trop onéreux et inaccessibles, la crainte de l'opposition

Dans les conditions actuelles et sans une aide d’urgence, les camps de jour ne pourront pas ouvrir leurs portes comme prévu, a indiqué samedi la députée solidaire Émilise Lessard-Therrien par voie de communiqué.

«Ces camps sont pourtant un formidable lieu de vie pour les enfants, qui vont avoir bien besoin d'interaction et de contacts humains après des mois passés en confinement», a expliqué la députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue.

Pour QS, une aide éventuelle du gouvernement servirait à combler le manque à gagner dû à la baisse des inscriptions et à embaucher plus de moniteurs.

À ce propos, le député de Rosemont, Vincent Marissal, presse le gouvernement caquiste de mettre fin à l'exception entourant la norme sur le salaire minimum, qui permet d'engager du personnel étudiant en dessous du salaire minimum dans les camps de jour.

«Les organismes responsables des camps de jour vont devoir embaucher plusieurs moniteurs supplémentaires s'ils veulent respecter les ratios, mais ce sera difficile d'y arriver si on leur propose des mauvaises conditions de travail à la clé», s’est-il inquiété.

D’où la requête de Québec solidaire d’un financement «décent» pour sauver les camps de jour.

Soutenir les camps de jour n'est pas une dépense, «c'est un investissement dans notre jeunesse», a ajouté M. Marissal.

Dans la même catégorie