/news/law

Sainte-Marthe-sur-le-Lac poursuit le gouvernement du Québec

Yves Poirier | TVA Nouvelles

La municipalité de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, dans les Laurentides, attaque en cour le gouvernement du Québec qui l’aide à financer le paiement de la nouvelle digue, a appris TVA Nouvelles. 

Une aberration, dénoncent des riverains qui ont pris connaissance, cette semaine, de la nouvelle procédure judiciaire de la Ville. 

• À lire aussi: Nouvelle poursuite de 10 M$ contre la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac

• À lire aussi: «Parfois, on doit me ramasser à la petite cuillère»

• À lire aussi: Des sinistrés de Sainte-Marthe-sur-le-Lac forcés de faire du camping

Les riverains réclament des compensations de l’ordre de 10 millions de dollars relativement aux dommages qu’ils disent subir en raison des travaux de prolongement et de rehaussement de la nouvelle et imposante digue localisée aux abords du lac des Deux Montagnes

En cas de défaite en cour contre ces riverains contestataires, la municipalité voudrait forcer la Procureure générale du Québec à assumer tous les frais, coûts et dépenses si elle est contrainte à procéder à la démolition de la digue, à sa modification ou à sa reconstruction.

Pour Serge Racette, le porte-parole des riverains contestataires, c’est un affront de Sainte-Marthe-sur-le- Lac envers son partenaire, le gouvernement du Québec.

«C’est une aberration totale. Quand on a reçu cette procédure-là, mercredi le 27 mai, écoutez, c’est une procédure contre la Procureure générale, c’est un acte d’intervention forcé», décrie-t-il. 

«Et la demande essentielle de la Ville de Sainte-Marthe, c’est de condamner le gouvernement du Québec à assumer 100% des frais de démolition, de diminution et tout l’aménagement de la digue. C’est un signe très, très clair que la cause de la Ville n’est pas fondée en droit», ajoute M. Racette.

La Procureure générale du Québec peut s’opposer à la procédure d’intervention forcée et doit indiquer au tribunal sa position avant le 7 juillet prochain.

La mairesse de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, Sonia Paulus, n’a pas voulu commenter étant donné la judiciarisation du dossier.