/news/coronavirus

Les rassemblements toujours limités à 10 personnes, rappelle la Dre Drouin

TVA Nouvelles

Même si la manifestation contre le racisme survenue dimanche à Montréal s’est déroulée pour la majeure partie dans un certain respect des normes sanitaires, la directrice régionale de santé publique de Montréal, la Dre Mylène Drouin, déconseille toujours aussi fortement la tenue de grands rassemblements.

• À lire aussi: Valérie Plante dénonce le saccage de commerces

• À lire aussi: La manifestation de dimanche «va être un bon test» du déconfinement

• À lire aussi: «À 1h du matin, des gens nous appelaient»

La majorité des milliers de manifestants réunis dans les rues de Montréal portaient un masque et pratiquaient une certaine distanciation sociale, dimanche, mais les grands rassemblements dans le genre contreviennent aux recommandations de la santé publique, a rappelé lundi la Dre Drouin.

«On comprend très bien les revendications contre le racisme, mais dans une perspective purement de santé publique, on n’encourage pas de rassemblements», a-t-elle indiqué sur les ondes de LCN.

La santé publique recommande toujours de limiter les rassemblements à un maximum de 10 personnes issues de trois ménages, le tout en pratiquant la distanciation de deux mètres.

«Ce qu’on souhaiterait, c’est que dans le contexte de la COVID-19, les manifestations se fassent en utilisant d’autres moyens que des rassemblements», souligne la Dre Drouin.

D’autant plus que la situation, à la lueur des plus récentes statistiques, est «encourageante» pour la métropole. Au cours des dernières 24 heures, la région de Montréal a enregistré 108 nouveaux cas de COVID-19 et huit décès, du jamais vu depuis le mois de mars, note la directrice régionale de santé publique.

Une deuxième manifestation contre le racisme pourrait avoir lieu aussi tôt que dimanche prochain.

Bonne relation 

La Dre Drouin a aussi commenté ses déclarations de la semaine dernière voulant que la crise de la COVID-19 aurait dû être gérée depuis Montréal et non Québec. Assurant que sa relation avec le directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda, demeure excellente, la Dre Drouin explique qu’elle aurait souhaité voir «des modalités en place afin de prendre des décisions rapides».

«Je comprends clairement que le centre décisionnel n’est pas à Montréal, mais à Québec, assure-t-elle. Je pense que c’est plutôt dans les modalités décisionnelles qu’il faut trouver la façon – et je pense qu’on l’a bien trouvée – de faire en sorte que les enjeux montréalais soient bien pris en compte.»

Selon elle, il n’y a pas eu de «décalage» entre Montréal et Québec, mais il faudra à l’avenir s’assurer que «les lignes de communication soient assez bien tissées pour être capables de répondre rapidement», dans l’éventualité où la métropole devait être frappée par une deuxième vague de la pandémie.

Dans la même catégorie