/news/tele

Les tournages pourront reprendre le 8 juin

Dominique Scali

Bloc camera tournage cinema télé

Photo Fotolia

Le tournage de séries et de films québécois pourra reprendre dans une semaine, mais sans scènes d’amour ou de bagarre puisque les acteurs devront garder 2 mètres de distance.

• À lire aussi: Les salles de spectacle ouvertes avant le 24 juin?

• À lire aussi: «C’est une annonce très encourageante»

«On va devoir réécrire [des scénarios], penser autrement», a réagi Sophie Prégent, présidente de l’Union des artistes (UDA). 

Toute la production de films et d’émissions pourra en effet reprendre dès le 8 juin, a annoncé la ministre de la Culture Nathalie Roy hier.

Elle en a fait l’annonce lors du point de presse du jour du gouvernement Legault, qui a dévoilé un plan de relance pour l’ensemble du milieu de la culture. Sur les 400 M$ investis, une part de 250 millions est constituée de nouvel argent qui ne faisait pas partie du budget prépandémie, a affirmé le premier ministre. 

Théâtre, musique, artistes visuels. Le but est de faire en sorte que les artistes de «toutes les disciplines» puissent recommencer à travailler «dès maintenant», a résumé la ministre Roy.

«C’est toute une pression qu’on enlève sur le milieu de la culture», a réagi Mme Prégent, soulagée.

Le virus à l’écran

Ils devront toutefois le faire en respectant les règles de distanciation sociale.

«Il faudra faire les choses différemment. Mais s’il y a des gens qui ont toute la créativité nécessaire [...], ce sont bien les artistes», a lancé Mme Roy. 

«Il y a des scènes de bagarre qu’on ne verra pas», a de son côté illustré Sophie Prégent. 

Il se pourrait aussi que l’on voie à l’écran des gens portant le couvre-visage, que des réalisateurs ou scénaristes décident d’inclure la réalité que l’on vit en ce moment dans leurs œuvres de fiction.   

Car dans tous les cas, il n’y aura pas d’exception possible, a ajouté Mme Prégent. Même si une équipe s’enfermait dans une retraite pendant deux mois avant le tournage, il faudrait quand même respecter la règle du 2 mètres. 

Moins de productions?

«Ça se peut qu’il y ait des producteurs qui disent: "Moi, je ne suis pas prêt à tourner des fictions [...], ça m’apparaît dangereux, je vais attendre".»

D’ailleurs, aucune compagnie d’assurance ne couvre actuellement le risque de COVID-19 pour les plateaux qui seraient fermés en cas de contamination, précise Mme Prégent. 

On peut donc s’attendre à ce qu’il y ait moins de téléséries produites cet été par rapport à la normale, malgré les sommes injectées par Québec.

«Probablement que les fictions qui tourneront peu ou moins seront compensées par toutes les variétés qui, elles, redoublent d’originalité», suppose Mme Prégent. 

Très bonne nouvelle

Reste que l’annonce du gouvernement est «rassurante» pour la présidente de l’UDA, qui commençait à entendre des producteurs dire: «On ne retournera pas avant un an.»

Des producteurs comme Fabienne Larouche (District 31) et Guillaume Lespérance (Discussions avec mes parents) ont déjà qualifié l’annonce de «très bonne nouvelle».

«Ça ne répond pas à tous les coûts qu’engendre la COVID-19, mais ça leur donne énormément d’aide», déclare Hélène Messier, présidente-directrice générale de l’Association québécoise des productions médiatiques.

-Avec Marc-André Lemieux

Où iront les sous du plan?  

  • Production télé et cinéma: 91,5 M$  
  • Organismes culturels: 71,9 M$  
  • Arts de la scène (musique, théâtre, danse, cirque): 50,9 M$  
  • Projets innovants en musique: 33,5 MS  
  • Projets numériques: 14 M$  
  • Promotion des artistes québécois: 13 M$  
  • Écrivains et artistes: 6,5 M$  
  • Festivals et événements: 5,9 M$  
  • Documentation des effets de la pandémie: 2,2 M$    

TOTAL: 290 M$

Dans la même catégorie