/finance/homepage

Production record de sirop d'érable ce printemps

Agence QMI

Sirop d'érable

Photo d'archives

Si les cabanes à sucre commerciales spécialisées dans les repas ont connu une saison de misère, les producteurs de sirop d'érable, eux, ont eu droit à un printemps record dépassant leurs attentes. 

Au cours des derniers mois, les érablières du Québec ont produit pas moins de 1,75 million de livres de sirop d'érable, soit environ 3,59 livres par entaille, ce qui représente un nouveau record selon les Producteurs et Productrices acéricoles du Québec (PPAQ).

Contrairement à bien des industries lourdement ralenties, voire forcées de fermer en raison de la COVID-19, les érablières dédiées avant tout à la production acéricole ont pu adapter leurs méthodes de travail, si bien que les effets de la pandémie ont été limités.

De plus, le printemps tardif, avec un mois d'avril particulièrement froid, et l'ajout de 2,3 millions d'entailles lors des deux dernières années ne sont certainement pas étrangers à la production record de 2020.

«Cette annonce nous réjouit, et est certainement la bienvenue, après une saison qui a débuté dans l'incertitude et qui a été parsemée d'embûches», a commenté dans un communiqué le président des PPAQ, Serge Beaulieu, en louant la «résilience» dont ont fait preuve les producteurs acéricoles pour s'adapter en pleine période d'incertitude en raison de la pandémie.

«Cette drôle d'année restera sans aucun doute gravée dans nos mémoires et dans l'histoire de notre organisation!» a-t-il ajouté.

De plus, la vente au détail de sirop d'érable a été bonne au printemps, permettant ainsi de compenser en partie la chute des ventes aux hôtels, restaurants et autres boutiques pour touristes, a assuré l'organisation.

Les cabanes à sucre servant des repas ont eu droit à une saison bien plus misérable, la pandémie ayant entraîné la fermeture de ces lieux de rassemblements en début de saison, ce qui a forcé nombre de restaurateurs à se réinventer, notamment en offrant des repas pour emporter, afin de tenter d'amoindrir leurs pertes.