/finance/homepage

Reitmans abolira ses marques Thyme Maternité et Addition Elle

Agence QMI

Aux prises avec des difficultés financières, le détaillant de vêtements féminins Reitmans abolira 1400 emplois, ainsi que ses marques Thyme Maternité et Addition Elle.

La compagnie montréalaise a fait ces choix dans le cadre de son processus pour se mettre à l’abri de ses créanciers.

Environ 1100 employés seront licenciés dans ses magasins de vente au détail, tandis que 300 seront remerciés au siège social de Montréal.

« L'impact de cette situation sur nos employés est, de loin, la partie la plus difficile et émotive de tout ce processus. Nous avons le cœur brisé de devoir dire au revoir à des collègues appréciés et nous sommes vraiment reconnaissants pour leur travail acharné et leurs nombreuses contributions à notre entreprise au fil des ans», a affirmé le président et chef de la direction de Reitmans, Stephen F. Reitman, par communiqué.

Les 77 magasins Addition Elle et les 54 magasins Thyme Maternité vont fermer leurs portes cet été après avoir écoulé leur marchandise dans les prochaines semaines.

«La décision stratégique de fermer deux marques de mode canadiennes établies et appréciées n'a pas été prise à la légère, mais elle est nécessaire pour permettre à notre entreprise de poursuivre ses activités en tant qu'organisation rentable. Tous les efforts que nous avons déployés pour redresser ces marques ont été compromis par la pandémie de COVID-19 et, malheureusement, nous n'avons plus la marge de manœuvre nécessaire pour les ramener sur le chemin de la rentabilité», a précisé Stephen F. Reitman.

Sa compagnie conservera ses marques Reitmans, Penningtons et RW & CO., dont les produits sont vendus en magasins et sur le web.

Cotée à la Bourse de Toronto (TSX : RET, RET-A), Reitmans s’était placée à l’abri de ses créanciers le 19 mai dernier.

Spécialisée dans les vêtements pour femmes, l’entreprise compte environ 6 800 employés et exploite 576 magasins partout au pays, dont 259 Reitmans, 106 Penningtons et 80 RW & CO.

Ses problèmes financiers s’inscrivent dans la foulée des difficultés des magasins de détail face à la concurrence des ventes sur internet depuis quelques années et des fermetures forcées des magasins à cause de la COVID-19.

Dans la même catégorie