/regional/estduquebec/basstlaurent

Bientôt la fin des vieux parcomètres à Rimouski

Gilles Turmel | TVA Nouvelles

La Ville de Rimouski revoit complètement sa gestion des stationnements publics au centre-ville: premier changement, les quelque 700 vieux parcomètres vont disparaître à tout jamais.

La Ville est déjà en appel d’offres afin d’acheter une vingtaine d’horodateurs qui permettront les paiements sans contact, à distance aussi à l’aide d’une application mobile. 

Rimouski veut un système plus performant, plus polyvalent afin de mieux gérer les stationnements au centre-ville. 

Le nouveau système permettra donc la surveillance par caméra, ce qui facilitera l’émission de constats d’infraction aux automobilistes qui oublient de payer pour leur stationnement. 

Et une fois après avoir payé pour 60 minutes par exemple, ce sera possible de déplacer son véhicule dans un autre espace de stationnement sans devoir payer à nouveau. 

«Il faut comprendre que sur le territoire de la Ville de Rimouski, il y a beaucoup d’espaces de stationnement», a expliqué Marc Parent, le maire de Rimouski. 

«Le problème, c’est que l’intérêt est concentré dans une zone, a-t-il ajouté. Plusieurs espaces de stationnement sont donc sous-utilisés alors que d’autres ont besoin d’être mieux gérés. Avec cette nouvelle technologie, on pense qu’on va être capable de faire des progrès importants, d’avoir beaucoup plus de renseignements sur le taux d’utilisation des espaces de stationnements, ce qu’on n’a pas avec les parcomètres.» 

Il y aura du stationnement public et payant à Rimouski. Le maire Parent soutient que ce n’est pas une façon de faire de l’argent, mais plutôt un outil pour gérer le va-et-vient au centre-ville. 

Actuellement, les revenus générés par les parcomètres équivalent aux dépenses pour les opérer, soit un peu moins d’un demi-million de dollars par année. 

Le maire de Rimouski n’écarte toutefois pas l’idée d’une nouvelle tarification à la hausse ou même variable. Selon lui, il faudra toutefois quelques mois d’utilisation du nouveau système avant d’en arriver à la gestion optimale attendue. Sa mise en service est prévue d’ici la fin 2020.