/sports/homepage

Hockey Québec dévoile son plan

Stéphane Cadorette | Journal de Québec

SAG-SPO-TOURNOI-MIDGET

DENIS HUDON/LE POINT/AGENCE QMI

Plusieurs bribes du plan de relance de Hockey Québec avaient filtré lors des dernières semaines et le document officiel a été dévoilé mardi. Avant de renouer avec le hockey tel qu’ils le connaissaient avant le 12 mars dernier, les jeunes devront passer par six phases entourées de protocoles rigoureux, en misant d’abord sur les habiletés individuelles.

• À lire aussi: COVID-19: Québec allongera 11 M$ pour aider les camps de jour

• À lire aussi: Les directeurs s’opposent au retour en classe des élèves en difficulté

Chacune des six phases sera d’une durée variable, en fonction des consignes émises par la santé publique et des directives gouvernementales.

La première de ces six phases ne permettra pas un retour sur la glace, mais plutôt des entraînements supervisés en petits groupes (six ou huit joueurs et un gardien) à l’extérieur.

C’est à la deuxième phase que le retour dans les arénas se fera, afin de procéder à l’ajustement des groupes et des équipes.

Pour la phase 3, les entraînements supervisés sur glace seront permis, tandis que les matchs seront autorisés dans la phase 4, dans une structure à trois contre trois ou quatre contre quatre, à l’intérieur d’une même association.

Pas de contact physique

Pour les matchs régionaux, il faudra patienter jusqu’à la phase 5. Lors de ces étapes 1 à 5, aucun contact physique ne sera autorisé et l’accent sera mis sur le volet récréatif plutôt que compétitif, sans officiel ni statistiques.

Pour le retour au hockey «comme dans le temps», il faudra attendre la phase 6.

«Il est possible qu’on passe rapidement d’une phase à l’autre. Tout est modifiable selon les directives gouvernementales. L’objectif était de proposer un plan qui allait permettre aux jeunes de renouer avec la glace avant le déconfinement total. Ce qui rend l’exercice complexe, c’est qu’on n’a pas de dates à l’horizon.

«Ça permet aux jeunes de repartir, de continuer de se développer, dans un contexte sécuritaire», a fait valoir le directeur général de Hockey Québec, Paul Ménard, en entrevue.

Il va sans dire, par ailleurs, que des mesures d’hygiène strictes devront être observées.

Les joueurs devront notamment se présenter à l’aréna en uniforme (sauf patins et casque), les équipements devront être désinfectés et le port du masque sera obligatoire pour tout entraîneur derrière le banc. Le covoiturage sera interdit.

Il ne sera pas permis non plus de prendre la douche sur place. La poignée de main après les matchs sera quant à elle abolie.

Le plan a soulevé la grogne de plusieurs personnes sur la page Facebook de Hockey Québec, après le dévoilement.

«Les règles de distanciation sociale rendent le hockey à cinq contre cinq, comme on le voyait avant le 12 mars dernier, totalement impensable pour le moment. C’est une question de grosse logique», plaide Paul Ménard.

Enjeu financier et bénévoles

Pour Steve Gaudet, qui est à la fois président de l’Association du hockey mineur de Cap-Rouge/Saint-Augustin ainsi que du Hockey Blizzard AAA, le plan dans son ensemble a du sens, même si des questions demeurent en suspens.

Par exemple, dans le document soumis par Hockey Québec, il est stipulé que «les administrateurs doivent se mettre en mode service essentiel et adapter leurs frais d’inscription à la nouvelle réalité.»

«Le plan est intéressant et l’enjeu c’est maintenant de l’opérationnaliser. On va maintenant devoir voir comment on va jouer tout ça avec les villes. Il y a un enjeu budgétaire et on veut tous que le hockey demeure accessible», a signalé M. Gaudet.

Les différentes mesures sanitaires pourraient aussi amener une surcharge pour certains parents déjà bien impliqués.

«Je comprends parfaitement le besoin de respecter les consignes de la santé publique et les parents veulent avoir l’assurance qu’on va bien faire les choses. Je ne sais toutefois pas jusqu’où les bénévoles vont vouloir embarquer quand ils se feront demander de sortir les guenilles et de désinfecter les équipements. Ils sont impliqués jusqu’au cou et il y a une limite à étirer l’élastique», se questionne M. Gaudet.

Un retour en 6 étapes

Phase 1

Entraînements supervisés extérieurs

Phase 2

Ajustement des groupes/équipes

Phase 3

Entraînements supervisés des habiletés individuelles

Phase 4

Jeu supervisé 3 contre 3 ou 4 contre 4 au sein de l’AHM/organisation

Phase 5

Matchs 3 contre 3 ou 4 contre 4 à l’intérieur de sa région

Phase 6

Retour au hockey (équipes complètes - compétition)

Dans la même catégorie