/finance/homepage

Un ouvre-porte main libre conçu ici

Guillaume Pelletier | 24 Heures

GEN-COVID-OUVRE-PORTE

COURTOISIE LEPORTIER

Un entrepreneur québécois a développé une solution qui permet d'ouvrir les portes avec l'avant-bras plutôt qu'avec les mains, ce qui réduit les risques de contagion par les poignées de porte.

La peur liée à la propagation de la COVID-19 a incité Richard Desjardins à fabriquer une extension pour les poignées de porte régulièrement touchées, comme celles des commerces et édifices publics. «J'observais les gens devant la poignée de porte d'un magasin et ils étaient hésitants à la toucher. Certains se servaient de leur manche de chandail pour agripper la poignée», a expliqué l'entrepreneur.

Mesure de sécurité  

Le dispositif d'aluminium en forme de crochet s'installe facilement sur les poignées de porte existantes et permet de tirer celle-ci avec l'avant-bras, ce qui évite le contact avec les mains.

M. Desjardins estime que l'ouvre-porte sans contact est la solution parfaite pour sécuriser l'accès aux entreprises et services publics dans le cadre du déconfinement.

Discussion avec le gouvernement  

L'entrepreneur a souligné être en pourparlers avec des organismes gouvernementaux qui souhaitent en mettre à l'entrée de leurs édifices.

Le produit est disponible au coût de 79 $ via le site web de l'entreprise LePortier située à Boisbriand, sur la Rive-Nord de Montréal.

Dans la même catégorie