/regional/quebec/quebec

Un Québécois craint pour sa famille au Cameroun

Jean-François Racine | Journal de Québec

Photo courtoisie

Un Québécois vivant au Cameroun depuis plusieurs années craint pour la sécurité de sa famille puisqu’il est incapable de rapatrier son épouse et ses trois enfants au pays.

Denis G Pilote, 62 ans, est marié depuis 2011 à une Africaine. Le couple a deux enfants âgés de 10 et 7 ans qui possèdent tous deux la citoyenneté canadienne. L’homme originaire de Saguenay a également adopté le fils de sa conjointe, aujourd’hui jeune adulte. 

«Notre situation financière est précaire et avec la pandémie, rien ne s’améliore. J’ai demandé un rapatriement au haut-commissariat du Canada à Yaoundé. On m’a précisé que seul moi et les deux enfants canadiens pourrons voyager. Mes enfants seraient privés de leur maman», explique M. Pilote.

Finances précaires

Même si le premier ministre Justin Trudeau a demandé il y a quelques semaines à tous les Canadiens à l’étranger de rentrer au pays, certains n’ont pas les ressources financières nécessaires. 

Denis G Pilote et sa femme

Photo courtoisie

Denis G Pilote et sa femme

Denis G Pilote affirme qu’il a toujours voulu revenir au Canada bien avant la pandémie mais une procédure officielle de parrainage familial sera nécessaire.

«Au début, on m’a proposé d’acheter des billets d’avion à des prix de 5000 $ par personne. Dans quelques semaines, nos conditions de vie deviendront très pénibles. Nous avons besoin d’aide. Je suis un peu découragé.»

Pour le moment, M. Pilote et les siens sont en santé. Le sexagénaire évite quand même de se déplacer inutilement.

Aux dernières nouvelles, la famille sera chassée de son logement au mois d’août prochain.

Depuis plusieurs semaines, les Canadiens à l’étranger ont la possibilité de demander un prêt d’urgence pour les aider à revenir au Canada.

Au Cameroun, les soins de santé ne sont pas toujours facilement accessibles à tous.

Un bilan à la fin mai faisait état de 159 décès pour une population de 25 millions. La méthode de calcul reste toutefois inconnue.

Encore des vols

«Nous sommes en train d’économiser dans le but de renouveler mon passeport. Si un des enfants tombe malade, ce sera catastrophique. Tout ce que nous souhaitons, c’est de rentrer avec ma famille au Canada», termine M. Pilote.

Le ministère répond toutefois que l’aide existe. «La réunion des familles continue d’être une priorité pour Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada» a précisé la porte-parole Béatrice Fénelon. 

Ottawa continue de travailler pour organiser des vols. Le 30 avril, des Canadiens sont rentrés au pays en provenance du Cameroun, de l’Équateur et du Pakistan.

Le gouvernement fédéral le répète : il ne sera pas possible d’assurer le retour de tous les Canadiens qui souhaitent rentrer au pays. 

Le mois dernier, plus de 2 364 prêts totalisant 7,7 millions de dollars avaient été approuvés dans le cadre du programme.