/finance/stockx

À Wall Street, le Dow Jones grimpe de 2% dans un marché optimiste

Agence France-Presse

La Bourse de New York a terminé nettement dans le vert mercredi, le Dow Jones Industrial Average affichant les gains les plus solides, dans un marché toujours optimiste sur la réouverture de l'économie américaine

Le Dow Jones, l'indice vedette de la place new-yorkaise, s'est apprécié de 2,05% à 26 269,89 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a gagné 0,78% à 9682,91 points, finissant proche de son plus haut historique atteint le 19 février. 

L'indice élargi S&P 500 a pris 1,36% à 3122,87 points, lui aussi à quelques encablures de son record de février.

«L'hypothèse du marché est que nous avons touché le fond», avance Quincy Krosby, rappelant la dégringolade de la place new-yorkaise mi-mars avec l'intensification de la pandémie de Covid-19 et des mesures pour l'endiguer.

«Si de nombreuses données économiques restent mauvaises, elles s'améliorent à la marge», ajoute Mme Krosby. 

Cela s'est vérifié mercredi avec les 2,7 millions d'emplois détruits par les entreprises privées en mai, selon l'enquête mensuelle de la firme ADP.

Si ce chiffre reste historiquement élevé, il est largement inférieur à celui d'avril (20 millions) et moins pire que ce à quoi s'attendaient les analystes, qui tablaient sur 9 millions d'emplois détruits.

L'activité dans les services a, elle, continué à se contracter en mai. Mais elle s'est redressée par rapport au plongeon du mois d'avril, qui avait mis fin à plus de dix années de croissance, selon l'indice de l'association professionnelle ISM également publié mercredi.

«En l'absence d'une deuxième vague de contamination, l'économie américaine se renforce, même si c'est à un rythme lent», observe Quincy Krosby.

Les manifestations à travers les États-Unis pour protester contre les brutalités policières faites aux minorités, et notamment les Afro-Américains, n'ont quant à elles eu aucune incidence sur le marché jusqu'à présent. 

Toutefois, estime Mme Krosby, si ces marches, parfois émaillées de violences et de pillages, venaient à compromettre la reprise de l'activité de certaines entreprises, cela pourrait peser dans la balance.

L'experte pointe aussi du doigt le risque d'une propagation du virus lors de ces manifestations, qui pourrait mettre à mal le ralentissement de la pandémie et donc freiner l'économie.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine montait, évoluant à 0,7508% contre 0,6852% mardi soir.