/news/coronavirus

Des masques de plongée dans nos hôpitaux?

TVA Nouvelles

Des masques de plongée pourraient venir à la rescousse des médecins et infirmières qui soignent les patients atteints de la COVID-19. Une équipe du CUSM croit avoir trouvé la solution pour remplacer les masques N95 souvent difficiles à obtenir.

Des médecins et des infirmières de l'Hôpital général de Montréal songent à s'en servir pour se protéger et soigner des patients de la COVID-19.

«Normalement, il y a le tuba qui sort ici pour respirer quand on fait de la plongée avec le masque dans l'eau. En fait, nous, on a remplacé le tuba par un filtre de N100 pour protéger contre le virus», explique le Dr Tarek Razek, chef du service de traumatologie. 

Depuis quelques semaines, ce médecin et des collègues de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé Mcgill, appuyés par les dons de la Fondation de l'hôpital, vérifient si ce masque fabriqué en Italie peut remplacer les N95 produits à l'extérieur du Canada et qui ont failli être en rupture de stock. Ils sont utilisés lors de soins aigus.

«On a parlé avec des collègues danois qui essayaient de faire exactement la même chose, avec exactement le même masque, avec un filtre, presque exactement la même chose», ajoute le Dr Razek.

Le filtre se retrouve dans tous les hôpitaux du Québec et est habituellement utilisé pour les respirateurs artificiels. Mais ça prenait un adaptateur pour le connecter au masque et ce sont les Danois qui produisent cet élément.

«C'est confortable et ça scelle à mon visage. Et ce n'est pas pressé sur mon nez. Donc, pour moi, c'est beaucoup plus confortable qu'un N95. Et c'est un masque lavable, réutilisable, qui est "safe". Ça nous rassure beaucoup», affirme Jeanesse Bourgeois, infirmière aux urgences. 

Il peut être nettoyé avec du savon et du peroxyde d'hydrogène. Les hôpitaux pourraient les garder en stock. 

Ils ne coûtent pas cher, environ 100 dollars chacun, et pourraient aussi servir contre le virus de la grippe, la tuberculose ou pendant toute autre pandémie. 

En France, des médecins n'ont pas hésité à se procurer des masques semblables pour pallier le manque de respirateurs artificiels. Ils pourraient maintenant aider grandement le personnel soignant. 

On espère maintenant que Santé Canada donnera son approbation au cours des prochaines semaines et que ce masque pourra être utilisé par les travailleurs de la santé de tout le Québec. 

Dans la même catégorie