/news/coronavirus

L'aide aux aînés arrivera finalement à compter du 6 juillet

Émilie Bergeron | Agence QMI

Les versements uniques pouvant atteindre 500 $ promis aux aînés par le gouvernement fédéral, il y a trois semaines, seront finalement livrés dans la semaine du 6 juillet, une aide qui arrive trop tard selon la plus grande organisation de personnes âgées au pays.

• À lire aussi: «On ne laissera pas tomber nos aînés», dit Pablo Rodriguez

• À lire aussi: Trudeau vilipendé par l’opposition pour son silence face à Trump

• À lire aussi: Des CHSLD n’ont plus besoin des militaires

«Pendant que nous commençons à rouvrir partiellement notre économie, bien des aînés vont devoir rester à la maison plus longtemps pour protéger leur santé», a souligné le premier ministre Trudeau, jeudi, en annonçant le moment où les chèques seront reçus.

Il a du même souffle rappelé que ces Canadiens doivent composer avec des hausses de dépenses pour faire livrer leur épicerie, notamment.

Ottawa a annoncé, le 12 mai, qu’il allongera un paiement unique non imposable de 300 $ à ceux qui bénéficient de la Sécurité de la vieillesse et fournira 200 $ de plus à ceux qui reçoivent le Supplément de revenu garanti.

«On trouve que l’aide vient très tardivement. Ça fait près de quatre mois que nous sommes dans cette crise sanitaire. [...] C'est l'incompréhension», a déploré en entrevue Gisèle Tassé-Goodman, présidente du réseau FADOQ.

L’organisation de plus de 535 000 membres considérait déjà la mesure annoncée comme un «rendez-vous manqué». Elle aurait aimé que les libéraux de Justin Trudeau profitent de l’occasion pour mettre à exécution leur promesse électorale de bonifier de 10 % la pension de Sécurité de la vieillesse pour les aînés de 75 ans et plus.

Bloquistes et néo-démocrates ont aussi sauté sur l’occasion pour critiquer le gouvernement sur sa lenteur à fournir l’aide promise et le presser de bonifier les prestations aux aînés de façon permanente.

 

Appelée à expliquer le délai de livraison de l’aide promise, la ministre des Aînés, Deb Schulte, a fait valoir que cela était dû au fait que les paiements seront faits automatiquement, sans que les prestataires n’aient à en faire la demande.

«Cela a fait en sorte que nous avons dû mettre en place un nouveau système de distribution qui assurera l’exactitude des données. [...] Nous voulons assurer l’exactitude et [éviter] que les aînés soient sujets ou exposés à de la fraude», a-t-elle dit.

Le fédéral estime que 6,7 millions de personnes toucheront l'un ou l'autre des versements, pour un investissement total de 2,5 milliards $.

Long silence  

Le premier ministre Trudeau a par ailleurs été pressé de revenir sur son silence de plus de 20 secondes maintenu, mardi, lorsqu’il a été appelé à commenter la menace du président américain Donald Trump d’envoyer l’armée mater les manifestations antiracisme.

Plus tôt jeudi, le révérend Al Sharpton, une des figures de proue de la communauté noire aux États-Unis, s’est ajouté au concert de critiques en décochant une flèche à M. Trudeau.

«Ma "job" en tant que premier ministre est de défendre les valeurs des Canadiens et de me tenir debout pour nos principes et, en même temps, veiller au bien-être des Canadiens et à leurs intérêts. C’est ce que je ferai toujours», a répondu M. Trudeau durant son point de presse.

Il n'a pas fourni plus de détails sur les intentions derrière ce silence ni indiqué si la chose avait été calculée.