/finance/homepage

François Legault «inquiet» pour Air Transat

Pierre-Olivier Zappa | TVA Nouvelles

François Legault est préoccupé par l’avenir de Transat, dont l’acquisition par Air Canada risque de tomber à l’eau. 

• À lire aussi: L’action de Transat chute, celle d’Air Canada grimpe

• À lire aussi: Air Canada voudrait annuler son mariage avec Transat

«C’est une situation est inquiétante», a reconnu le premier ministre, qui est aussi le co-fondateur de Transat. 

«C’est une situation qui est très difficile, mais on a des discussions avec Air Transat», a précisé M. Legault, qui n’a pas fermé la porte à aider Transat advenant que la transaction avorte. 

«Pierre Fitzgibbon et Investissement Québec parlent avec la direction d’Air Transat.»

Le premier ministre ne prévoit pas de retour à la normale pour l’industrie aérienne avant «des années».  

«Il y a des discussions aussi avec le gouvernement fédéral. On doit tous comprendre que c’est très complexe. C’est l’un des secteurs les plus touchés», a-t-il observé. 

De l’aide  

Le ministre de l’Économie a confirmé qu’un soutien financier n’est pas écarté. 

«Comme toutes les entreprises québécoises, il faut être disponible dépendamment de ce qui va arriver», a indiqué Pierre Fitzgibbon. 

Le ministre de l’Économie s’est aussi dit «inquiet» pour l’avenir d’Air Transat. 

«Je constate comme vous tous que le prix de l’action [de Transat) est à 6,50$, donc il y a peut-être des gens qui pensent que la transaction ne se fera pas.»

« À ce moment-ci, il y a différentes discussions qui ont lieu. [...) M. Calin [Rovinescu, PDG d’Air Canada), on va voir ce qui arrive avec lui. Lui a des enjeux de liquidités», a souligné le ministre. 

Manœuvres d’Air Canada   

Le chef du Bloc québécois a dénoncé les «manœuvres d’Air Canada» qui souhaiterait qu’Ottawa bloque la transaction selon un reportage de TVA Nouvelles. 

«Je suppose qu’Air Canada souhaite que le gouvernement fédéral s’objecte soudainement à la transaction pour en tirer en avantages en termes de pénalités [...]», a commenté Yves-François Blanchet. 

Ce dernier estime néanmoins que d’autres acheteurs intéressés par Air Transat pourraient sauver l’entreprise si la transaction est annulée. 

«Les informations que j’ai prises suggèrent qu’il y aura bien sûr quelqu’un qui s’intéressera à Air Transat. Voyons voir ce que sont les manœuvres d’Air Canada dans l’intervalle.»

Aucune chance 

Selon l’analyste Konark Gupta de la Banque Scotia, il n’y a plus aucune chance que l’offre de 720 millions $ (18$ l’action) d’Air Canada se concrétise. Il y a néanmoins des probabilités que la transaction soit renégociée.  

Citant le reportage de TVA Nouvelles, il prévoit que si la transaction tombe à l’eau, l’action de Transat pourrait tomber sous les 4$.