/news/coronavirus

Jusqu'à 9400 décès dus à la COVID-19 au 15 juin

Agence QMI

Le nombre de décès dus au coronavirus au pays pourrait se hisser à 9400 d’ici le 15 juin, en plus d'un nombre total de cas allant jusqu’à 107 454, estime la santé publique du Canada.

Dans de nouvelles projections dévoilées jeudi, on ne fournit pas de données précises sur une éventuelle résurgence des cas à l’automne. L’administratrice en chef de la santé publique, la Dre Theresa Tam, a toutefois mis en garde contre tout désir de relâcher complètement les mesures de prévention de la maladie.

«Si tout le monde se dit, ‘’OK, c’est bon, on a bien fait et on peut retourner à la normale’’, c’est sûr qu’on va avoir un autre pic», a renchéri son adjoint, le Dr Howard Njoo.

Dans les projections plus optimistes d’ici au 15 septembre, l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) anticipe que le nombre de morts sera de 7700 et qu’il n’y aura que 97 990 cas. Jeudi, le bilan se rapprochait déjà de ce chiffre, avec plus de 7500 décès comptabilisés et plus de 93 400 cas.

Le Québec et l'Ontario comptent pour 90% des cas rapportés au pays au cours des 14 derniers jours et 82% des décès survenus à ce jour sont liés à des établissements des soins de longue durée ou à des résidences pour personnes âgées.

Ottawa s’est montré optimiste, jeudi, en mentionnant que les Canadiens avaient réussi à aplatir la courbe plus rapidement que des pays comme les États-Unis ou l’Italie. «Les données démontrent qu’on est clairement en train de ralentir la propagation du virus à travers le pays. Mais on n’est pas sortis du bois», a commenté le premier ministre Trudeau.

La santé publique est notamment encouragée par le fait que chaque personne atteinte du coronavirus entraîne peu de nouvelles contaminations. Cette incidence est mesurée avec le «taux de reproduction en fonction de la variable de temps», qui s’est maintenue en deçà de 1 depuis près de deux semaines.

«Mais maintenant le défi est peut-être [avec] tout le monde qui sort durant l’été, avec le beau temps. C’est difficile de toujours bien appliquer toutes les mesures de santé publique», a souligné Dr Njoo, maintenant qu’il fallait garder la cadence en continuant de respecter la distanciation physique autant que possible.

Dans sa mise à jour des projections, Ottawa n’a cette fois pas fourni de prévisions sur les taux d’hospitalisation et de décès d’ici la fin de la pandémie. La Dre Tam a affirmé qu’il manquait encore beaucoup d’éléments d’information, comme le taux d’infection qui pourra réellement être connu avec les résultats de tests sérologiques.

En avril, la santé publique s’était toutefois risquée à prévoir entre 11 000 et 22 000 morts d’ici la fin de pandémie de coronavirus si 2,5% à 5% de la population était infectée.