/news/coronavirus

La dernière fois que j’ai envoyé un fax, Footloose jouait à la radio

TVA Nouvelles

 «Par fax! Peux-tu nous dire on est en quelle année exactement?» Richard Martineau se moque de la façon archaïque dont les gestionnaires des CHSLD et résidences pour aînés doivent faire parvenir leurs informations visant à signifier au gouvernement les décès dus à la COVID-19.

• À lire aussi: 200 morts de la COVID-19 «oubliés» par télécopieur

Notre Bureau d’enquête nous informe aujourd’hui qu’en raison de l’usage du télécopieur obligatoire pour de soi-disant mesures de sécurité quelque 200 morts de personnes âgées n’avaient pas été comptabilisées. 

«La dernière fois que j’ai envoyé un fax, c’était le 16 avril 1984! Footloose jouait à la radio, ma blonde de l’époque avait les cheveux crêpés et des épaulettes», lance Richard Martineau.

Le chroniqueur a d’autres moyens pour informer les autorités des décès liés au coronavirus. 

«J’ai trois autres méthodes encore plus sécuritaires: le code morse, le pigeon voyageur ou les signaux de fumée», ironise Richard Martineau.

Le chroniqueur n’en revient pas de la lourdeur de la bureaucratie évoquant qu’un gestionnaire a dû passer son samedi matin à envoyer 41 fax.

« Avec l’argent que l’on investit dans le système de santé! Comme nous, après la crise, il va falloir que l’État se fasse maigrir. Des fax en 2020, c’est hallucinant!»

*** Voyez le commentaire intégral de Richard Martineau dans la vidéo ci-haut