/news/currentevents

Bientôt une politique sur les interpellations au SPVM

TVA Nouvelles

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) adoptera prochainement une politique sur les interpellations pour «éviter, éliminer le racisme et la discrimination».

• À lire aussi: Manifestation contre le racisme: le patron du SPVM ouvert à y participer

Sylvain Caron, directeur du SPVM, en a fait l’annonce lors d’une conférence de presse ou il a publiquement condamné la mort de George Floyd aux mains des policiers, à Minneapolis. 

La politique sera rendue publique le 8 juillet et prendre effet dans les mois suivants.

Le numéro un du SPVM en a aussi profité pour tendre la main aux organisateurs de la manifestation contre les brutalités policières prévues dimanche prochain, disant souhaiter les rencontrer pour discuter.

Une idée bien accueillie      

«L’idée d’avoir une politique sur les interpellations est un gros pas en avant», dit Marlene Jennings, ex-députée fédérale libérale, en entrevue avec Mario Dumont. «J’ai beaucoup aimé ce que j’ai entendu. Ce qu’il a dit est très rassurant.»

Une interpellation, rappelle-t-elle, est une intervention policière qui implique un contrôle ou un interrogatoire. Des études démontrent que les Noirs sont disproportionnellement interpellés par le SPVM. 

Des vedettes comme Patrice Bernier ou Jean Pascal ont témoigné de situations où ils ont été arrêtés par la police au volant, sans raison particulière. 

Mme Jennings, qui est membre du comité consultatif sur la réalité policière au Québec, estime que cette politique du SPVM sera «d’une grande aide». 

Elle ajoute que d’autres mesures pourraient être adoptées pour minimiser la discrimination raciale dans les services policiers, dont une formation des policiers améliorée. 

Dans la même catégorie