/finance/homepage

Bombardier: «C’est une question de survie, pas de profits»

TVA Nouvelles

Le couperet est tombé ce matin chez Bombardier Aviation qui abolit près de 2500 emplois, dont 1500 au Québec en raison de la pandémie. Il en va de la survie de l’entreprise estime un expert.

• À lire aussi: Bombardier Aviation: 1500 emplois abolis au Québec

• À lire aussi: Eric Girard ouvre la porte à une énième aide financière pour Bombardier

• À lire aussi: Coupes chez Bombardier Aviation: une décision «incompréhensible»

Bombardier justifie ce licenciement massif par la chute de la demande pour les avions d’affaires. «Les géants Boeing, Airbus, Embraer sont dans un marasme, Bombardier aussi», avance Mehran Ebrahimi, professeur en sciences de la gestion à l’UQAM et spécialiste en aéronautique.

Selon lui, Bombardier n’avait pas le choix de procéder au 2500 coupes de postes. Les licenciements du fleuron québécois sont moindres que chez les autres avionneurs, soutient-il. «La question n’est pas de dégager des profits pour les donner aux actionnaires, c'est une question de survie pour ne pas perdre le coeur de leur savoir, de leur expertise», fait valoir le professeur Ebrahimi.

Les 17 millions qu’a empochés Alain Bellemare a qui quitté la direction de Bombardier en mars dernier et le milliard qui a été mis par le gouvernement du Québec dans l’entreprise passent mal dans la population. 

«Le regard est beaucoup trop négatif sur Bombardier. Des erreurs monumentales de primes injustifiées ont été commises, mais l’entreprise a eu l’audace d’innover dans son secteur et est en avance sur ses concurrents. (...) Et sa valeur n’est pas tombée à zéro», fait valoir Mehran Ebrahimi.

Bombardier a choisi l’ancien d’Hydro-Québec, Éric Martel pour assurer la destinée de l’entreprise. M. Ebrahimi a confiance en ces capacités.

«Éric Martel a une connaissance fine de Bombardier. C’est un excellent directeur d’usine. Il sait comment mobiliser ses gens. Il est la bonne personne pour les enjeux qui attendent Bombardier. C’est un bon choix de l'avoir nommé PDG», appuie le spécialiste en aviation.

*** Voyez l’entrevue complète avec Mehran Ebrahimi dans la vidéo ci-haut.