/news/politics

Environ 190 000 remboursements de PCU ont été faits

Émilie Bergeron | Agence QMI

Canadian money

mario beauregard - Fotolia

Des Canadiens ont volontairement remboursé 190 000 paiements de la Prestation canadienne d’urgence (PCU) perçus en trop ou auxquels ils n’avaient pas droit.

• À lire aussi: Bar ouvert pour les fraudeurs

• À lire aussi: Les données pillées sont un «Klondike» pour les fraudeurs de la PCU

• À lire aussi: La PCU pour des retraités de l’État

C’est ce qu’a indiqué l’Agence du revenu du Canada (ARC) dans une déclaration envoyée par courriel jeudi soir.

«Les individus doivent rembourser la PCU s'ils ne [satisfont] plus les critères d'admissibilité pour la période de quatre semaines en question ou s'ils ont reçu un trop-payé», rappelle-t-on, en indiquant que près de 190 000 remboursements avaient été reçus en date de mercredi.

Depuis le 11 mai, les Canadiens peuvent rembourser la PCU via le portail «Mon Dossier» de l'ARC. Plus tôt cette semaine, l’agence a par ailleurs précisé sur la page web de son Programme des indices qu’elle recevait présentement les indications de potentiels cas frauduleux concernant la PCU, la prestation canadienne d'urgence pour les étudiants et la subvention salariale.

Plus de 600 signalements ont été soumis par des Canadiens avant cette mise à jour, mentionne l'ARC dans son courriel.

En mai, le «National Post» a révélé que des fonctionnaires gérant des demandes d’assurance-emploi et de PCU se sont fait dire par le ministère de l’Emploi et du Développement social de fermer les yeux quant à des demandes qui leur semblent abusives.

Le quotidien a aussi rapporté l’existence d’un autre mémo interne demandant d’approuver les demandes de Canadiens qui ont démissionné ou qui ont quitté volontairement leur emploi plutôt que d’avoir été mis à pied en raison de la pandémie.

Un sous-ministre adjoint de Service Canada, Cliff C. Groen, a confirmé que de telles directives avaient été données durant un témoignage devant le comité parlementaire des Finances.

Vendredi, la ministre de l’Emploi, Carla Qualtrough, n’a pas été en mesure d’indiquer combien de trop-payés et de prestations perçues frauduleusement Ottawa entend récupérer. Elle a toutefois indiqué qu’environ 200 000 personnes avaient fait une demande en double, au début de la pandémie, en réclamant à la fois la PCU et l’assurance-emploi.

«On a changé le système. C’est réglé. Cela n’arrive plus», a-t-elle dit, en assurant que le fédéral avait des «mesures très rigoureuses» pour récupérer l’argent qui n’aurait pas dû être versé. Elle estime que les cas de fraudes sont peu nombreux.

La PCU permet aux Canadiens qui ne peuvent pas travailler en raison de la crise du coronavirus de toucher 2000 $ par mois, pour une durée maximale de 16 semaines. Ceux qui ne gagnent que 1000 $ par mois ou moins en raison de la pandémie y ont aussi droit.

Plus de huit millions de Canadiens ont touché cette aide gouvernementale, pour un total de 43,18 milliards $ en prestations versées.