/sports/homepage

Libéré en raison des commentaires racistes de sa femme

Agence QMI

Le Galaxy de Los Angeles a libéré le milieu de terrain Aleksandar Katai à la suite des commentaires racistes qu’a faits sa femme plus tôt cette semaine.

Le club de la Major League Soccer (MLS) en a fait l’annonce dans un bref communiqué d’une phrase, vendredi.

«Le Galaxy de LA et le milieu de terrain Aleksandar Katai ont mutuellement décidé de se mettre fin à leur association», a simplement écrit l’organisation. Le quotidien «Los Angeles Times» a par la suite précisé qu’une rencontre en personne avait été organisée au complexe sportif de l’organisation, à Carson. «C’était très professionnel. Il n’y avait vraiment aucune tension, a révélé au journal le président du Galaxy Chris Klein. Il était vraiment blessé et empreint de remords et comprenant très bien tout le processus.»

Mercredi, sur son compte Instagram, la femme de Katai, Tea, a été intransigeante envers les manifestations qui secouent les États-Unis depuis la mort de George Floyd.

Elle a notamment publié une photo de manifestants qui bloquaient un véhicule de police en écrivant en serbo-croate: «Il faut tuer cette merde».

À une image d’un incendie à Washington, elle a ajouté: «Ces animaux brûlent les églises!»

«Le Galaxy condamne fortement ces publications et a demandé qu’elles soient retirées immédiatement. Le Galaxy s’oppose fermement au racisme dans toutes ses formes, incluant celles qui suggèrent la violence ou cherchent à rabaisser les efforts de ceux qui poursuivent l'égalité raciale», avait indiqué l’équipe de la MLS dans un communiqué, un peu plus tôt cette semaine.

Mercredi, le joueur serbe a condamné sur Instagram les propos de sa femme dans un texte de quatre paragraphes. L’athlète de 29 ans précise d’ailleurs que les opinions de sa conjointe «n’étaient pas partagées par lui et n’étaient pas tolérés dans sa famille.»

Katai a accepté un contrat avec le Galaxy le 31 décembre dernier et a joué deux rencontres avec le club avant que la pandémie de COVID-19 ne force le circuit Garber à suspendre ses activités.