/finance/homepage

Pas de hausse, ni de baisse d’impôt en vue au Québec

Marc-André Gagnon

Photo Didier Debusschère

En raison des impacts économiques de la pandémie mondiale, il ne faut pas que les Québécois s’attendent à des baisses d’impôt, prévient le ministre des Finances, Eric Girard, qui exclut toute hausse du fardeau fiscal.

«Des baisses d'impôt généralisées avec 15 milliards de déficit, c'est difficile à envisager», a signalé le ministre Girard, à une semaine de la présentation d’un énoncé complémentaire sur le budget 2020-2021.

Fidèle au mantra politique martelé depuis des années par son parti, «les Québécois sont déjà des citoyens extrêmement taxés», a rappelé M. Girard.

Tel que mentionné la semaine dernière, lors d’une vidéoconférence organisée par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM), le ministre des Finances promet en revanche de ne pas alourdir davantage le fardeau fiscal des Québécois.

«Moi, je m'engage à aucune hausse d'impôt : impôt personnel, taxe de vente, impôt des corporations... Il n'est pas question d'augmenter ça au Québec», a tranché M. Girard, lors d’un point de presse à l’Assemblée nationale, vendredi.

Des chiffres encourageants, d’autres moins

Le grand banquier de l’État québécois s’est montré encouragé par les derniers chiffres sur l’emploi au Québec, qui laissent croire qu’environ 30 % des emplois perdus en mars et en avril seront récupérés.

«Les chiffres sont meilleurs que ce que j'attendais», a reconnu le ministre Girard.

Pour l’essentiel, le plus récent rapport indique qu’en mai, il s’est créé 230 000 emplois, attribuables essentiellement par le déconfinement.

«Près de la moitié de ces emplois-là sont en construction, dans le secteur manufacturier, il y a près de 100 000 emplois dans la région de Montréal», a détaillé M. Girard.

Le taux de chômage recule de 3,3 %

Il reste toutefois encore beaucoup de travail à faire, puisqu’environ un demi-million de Québécois demeurent sans emploi, alors qu’ils étaient au travail en février dernier.

Le taux de chômage au Québec a reculé de 3,3 points : il est passé de 17 à 13,7 % d'avril à mai.

Le déconfinement du Grand Montréal ayant été retardé, il faut s’attendre à d’autres mauvaises nouvelles, vendredi prochain.

Le ministre des Finances, qui évoquait récemment un déficit de l’ordre de 12 à 15 milliards, s’en tient désormais au chiffre 15. Quant au recul du produit intérieur brut (PIB), qu’il situait entre moins 4 à moins 6 %, «je suis plus proche de moins 6 % que de moins 5 %», a dit M. Girard.

Dans la même catégorie