/news/world

Washington allège l'interdiction de vols envers les compagnies aériennes chinoises

Agence France-Presse

Les États-Unis ont annoncé vendredi alléger l'interdiction prochaine des vols vers et depuis les États-Unis opérés par les compagnies aériennes chinoises, après que Pékin a finalement autorisé les transporteurs américains à reprendre le service entre les deux pays.

• À lire aussi: Washington va suspendre des vols de compagnies chinoises

• À lire aussi: Les médias chinois comparent les violences aux États-Unis à celles à Hong Kong

• À lire aussi: Trump dénonce la «tragédie» de Hong Kong

Le ministère des Transports (DoT) avait fait savoir mercredi que les compagnies aériennes chinoises ne pourraient plus desservir les États-Unis à compter du 16 juin, et ce jusqu'à ce que la Chine donne le feu vert à Delta Air Lines et United, qui avaient demandé en mai à reprendre des vols dans le pays dès le mois de juin en cours.

Après avoir opposé un silence aux deux compagnies, Pékin a finalement répondu jeudi en autorisant chaque compagnie américaine à opérer un vol par semaine entre les deux pays à partir du 8 juin. American Airlines n'a pas encore décidé de reprendre les vols de et vers la Chine.

Washington va par conséquent, à son tour, autoriser au total deux vols par semaine vers les États-Unis pour l'ensemble des compagnies chinoises. 

Premier touché par le nouveau coronavirus, la Chine avait drastiquement réduit fin mars ses liaisons avec le reste du monde, par crainte de nouvelles contaminations depuis l'étranger.

Pékin autorisait les compagnies à assurer un vol par semaine depuis et vers un pays étranger. Mais sur la base d'une liste des compagnies aériennes en activité en date du 12 mars. Or, de nombreuses compagnies étrangères, notamment américaines, ne desservaient plus la Chine à cette date du fait de la pandémie.

Donnant-donnant

Les autorités américaines ont par ailleurs réitéré que les restrictions imposées par Pékin à leurs compagnies aériennes violaient les droits de ces dernières au vu de l'accord sur le transport aérien signé entre les deux pays en 1980.

Elles se sont dites prêtes à infléchir à nouveau leur position si Pékin en faisait de même.

«Le principal but du ministère n'est pas de pérenniser cette situation, mais d'améliorer la situation de sorte que les transporteurs des deux côtés puissent exercer pleinement leurs droits bilatéraux», affirme le DoT.

De facto, seules quatre compagnies aériennes chinoises -- Air China, China Southern Airlines, Xiamen Airlines et China Eastern Airlines -- exploitent actuellement des vols entre les États-Unis et la Chine contre zéro pour leurs rivales américaines. Washington y voit une entrave à la concurrence.

Les vols cargo ne sont pas concernés.

La passe d'armes sino-américaine dans le transport aérien intervient au moment où les relations entre les deux pays sont tendues, notamment au sujet de Hong Kong.

La Chine a décidé d'imposer à l'ex-colonie britannique une loi controversée sur la sécurité nationale qui a provoqué une levée de boucliers de la part de certains pays occidentaux.

Les États-Unis considèrent désormais que le territoire ne bénéficie plus de l'autonomie promise par Pékin et ont commencé en conséquence à revenir sur le statut préférentiel qu'ils accordaient à cette place financière majeure.