/news/coronavirus

Les restaurateurs soulagés, les tenanciers de bars en colère

TVA Nouvelles

Les restaurateurs ont été soulagés d’apprendre qu’ils pourront très bientôt accueillir des clients dans leurs établissements. De leur côté, les tenanciers de bar sont en colère. 

• À lire aussi: Réouverture des restaurants dès le 15 juin au Québec

• À lire aussi: Permis ou interdit? Ouvert ou fermé? Un guide complet pour s’y retrouver

Dès le 15 juin, le secteur de la restauration à l'extérieur de la grande région de Montréal pourra reprendre ses activités. Il faudra attendre au 22 pour que les restaurants du Grand Montréal, de Joliette et de L'Épiphanie puissent rouvrir.

Les mesures seront très strictes pour les 22 000 détenteurs de permis de restauration, ils devront prioriser les terrasses. À l'intérieur, pas plus de dix personnes par table, les clients devront être à 2 mètres ou séparés par une cloison. 

Serveurs et cuisiniers devront porter masque, visière, s'ils ne peuvent respecter la distanciation. On leur demande de présenter les menus sur des ardoises ou des écrans sur les murs afin de limiter les échanges d'objets avec les clients.

Les restaurateurs pourront vendre de l'alcool sans obligation de servir des repas alors que les bars resteront fermés. Les tenanciers sont déçus de voir que les règles ont changé.

«On ne pourra pas compétitionner ces restaurants-là. On doit attendre d’avoir une date dans une semaine, deux semaines ou trois semaines plus tard. On trouve vraiment qu’il y a une grande injustice», explique Renaud Poulin, de la Corporation des propriétaires de bars, brasseries et tavernes du Québec.

Le directeur général du bar le 2 Pierrots, une institution à Montréal, ne sait même pas s’il pourra rouvrir son établissement. 

«Après 46 ans, il faut se poser la question. Les délais sont énormes et les sommes commencent à être importantes», dit Jean-Marc Lavoie.