/news/politics

«On dirait qu’ils essaient de nous en passer une dans la gorge!»

TVA Nouvelles

Le projet de loi 61 du gouvernement Legault, qui vise la relance de l’économie du Québec et l’atténuation des conséquences de la crise sanitaire au Québec inquiète en raison des pouvoirs exceptionnels qu’il confère au gouvernement. 

• À lire aussi: Pouvoirs exceptionnels pour la relance: l’opposition craint de s’en faire «passer une petite vite»

• À lire aussi: Mesures de confinement: démarche judiciaire vers un recours contre Québec

Le projet de loi « mammouth» présenté la semaine dernière pour une adoption prévue vendredi accélérerait la réalisation de 202 projets en suspendant l’obligation de procéder par appel d’offres, en plus de permettre au gouvernement de contourner plusieurs règles ou obligations.

Dans sa chronique diffusée au Québec matin sur les ondes de LCN, Richard Martineau dénonce le fait que le gouvernement Legault veut toujours aller «vite vite vite»!

«La CAQ est aimée des Québécois, 90% des francophones appuient la CAQ. On dirait qu’elle profite de ce niveau de confiance pour essayer de nous en passer une dans la gorge», note-t-il.

Le chroniqueur revient sur les conclusions de la commission Charbonneau, qui avaient permis de mettre en place des lois pour éviter le favoritisme, la corruption et la collusion.

«Là, le gouvernement dit : ''on recule, on efface l’ardoise. Donnez-vous les pouvoirs et on va pouvoir contourner toutes ces lois qu’on s’est données pour se protéger''.»

Le commentateur y va même d’un aveu surprenant : «Je ne suis pas un fan de Catherine Dorion, mais là elle a publié un graphique qui se promène sur les réseaux sociaux où elle montre tous les pouvoirs supplémentaires qu’on va donner au gouvernement... J’ai un de mes amis qui m’a appelé hier et qui m’a dit: ''Richard, je pense que je suis malade, je pense que je suis d’accord avec Catherine Dorion!''», raconte-t-il. 

Si Martineau admet que la situation est urgente, il ne croit pas pour autant qu’il faille donner autant de marge de manœuvre au gouvernement. 

«Surtout effacer tout ce qu’on a mis en place pour nous protéger. Ce sont de bonnes questions que l’opposition pose, et les centrales syndicales » conclut-il.

***Voyez sa chronique dans la vidéo ci-dessus.***

Dans la même catégorie