/news/law

Le chauffard Yves Martin tentera de sortir du pénitencier

Le chauffard qui a causé la mort de trois membres d’une même famille, à l’été 2015 à Chicoutimi, tentera d’obtenir sa libération conditionnelle ou une permission de sorties, a appris TVA Nouvelles.

Aujourd’hui âgé de 40 ans, Yves Martin sera entendu jeudi matin par la Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC). Martin aurait effectué trois demandes, dont celles de libération conditionnelle totale et de permission de sorties. L’audience sera tenue par vidéoconférence en raison de la pandémie de coronavirus.

Le 1er août 2015 dans le rang St-Paul à Chicoutimi, le Saguenéen avait causé la mort d’un jeune couple, Mathieu Perron et Vanessa Tremblay-Viger, qui était enceinte, et de leur fils de 4 ans, Patrick. Son taux d’alcoolémie dépassait la limite permise.

En janvier 2017, Martin avait été condamné à une peine de 14 ans de pénitencier. Mais moins de cinq ans après la tragédie, il est admissible à une libération. Avec la détention préventive durant les procédures judiciaires, les autorités calculent qu’il a purgé l’équivalent de plus de cinq ans et sept mois.

Les proches des victimes ont appris la tenue de l’audience, il y a une semaine. Ils sont sous le choc.

«Depuis une semaine, on ne dort presque pas, a témoigné la mère de Mathieu Perron, Danielle Tremblay. On est très anxieux. On a hâte que ce soit terminé. En même temps, on ne voudrait pas qu'il soit relâché. C'est sûr qu'on ne lui pardonnera jamais. J'ai pleuré toute la semaine. Je ne veux rien savoir qu'il soit relâché. Je passe mon temps à pleurer. Mon mari aussi. Ce n'est vraiment pas vivable.»

Trois membres des familles des victimes, dont les deux mères, s’adresseront aux commissaires durant l’audience. En plus d’exiger sa détention, elles vont réclamer autre chose.

«On demande à ce qu'il ne revienne pas au Saguenay. On ne voudrait pas le croiser parce qu'on ne sait jamais nos réactions. Comment on va réagir? Ça me rappellerait trop de souvenirs, a expliqué Danielle Tremblay. Je me suis fait un scénario s'ils le relâchent. Comment je peux réagir? Et s'ils ne le relâchent pas, c'est sûr que je vais être contente. C'est une personne qui est encore dangereuse pour la société. Nous, depuis cinq ans, on ne dort plus. On a de la misère à s'alimenter. Tandis que lui, il aura fait seulement cinq ans et on ne sait pas ce qu'il va faire après.»

La femme croit que la détention a été trop courte dans le cas d’Yves Martin. «On voudrait qu'il fasse les trois quarts de sa peine. Avec les trois quarts de sa peine, je vais le laisser tranquille après. Je trouve que cinq ans, ce n'est pas suffisant pour un 14 ans.»

La décision devrait être rendue rapidement. La CLCC affirme que les commissaires doivent la rendre au plus tard dans 15 jours. Il n'est pas rare qu’elle soit annoncée le jour même de l’audience.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.