/finance/homepage

Air Transat dans le rouge

Agence QMI

En raison de l’arrêt de ses activités à cause de la COVID-19, la société mère d’Air Transat a vu ses revenus plonger au deuxième trimestre.

• À lire aussi: Reprise graduelle des vols dès le 23 juillet

Comparativement à la même période l’an dernier, les revenus de Transat ont diminué de 36,3 % pour s’établir à 571,3 millions $.

«Les activités se sont soldées par une perte d'exploitation de 29,6 millions $, comparativement à 3,8 millions $ en 2019, soit une dégradation de 25,8 millions $, la baisse des charges d'exploitations n'ayant pas été suffisante pour compenser la chute des revenus», a expliqué l’entreprise par communiqué jeudi matin.

Ses pertes se sont ainsi accrues comparativement au second trimestre de l'an dernier.

«La perte nette attribuable aux actionnaires s'est établie à 179,5 millions $, soit 4,76 $ par action (diluée), par rapport à 0,9 million $, soit 0,02 $ par action (diluée) en 2019», a souligné le transporteur montréalais.

Cette perte inclut une charge pour les dérivés du carburant et autres dérivés de 89,1 millions $, causée par l'effondrement des prix du pétrole, une perte de change de 32,5 millions $ liée surtout à la réévaluation des obligations locatives ainsi qu'une charge de réduction de la valeur comptable des actifs d'impôts différés de 21,7 millions $.

«La pandémie de coronavirus et les mesures de fermeture des frontières qui en ont résulté ont frappé l'industrie aérienne d'une manière encore jamais vue. Elle a contraint Transat à suspendre l'ensemble de ses vols depuis le 1er avril. Cela a fait plonger nos résultats, alors que nous notions une nette amélioration sur les quatre premiers mois de l'année», a dit Jean-Marc Eustache, président et chef de la direction de Transat.

Il a précisé que les mises à pied temporaire de 85 % des employés ont pour but de maintenir autant que possible la trésorerie, même si les pertes s’accumulent.

Vente à Air Canada?

Devant être vendue à Air Canada pour 18 $ par action, Transat a semblé confirmer que cette transaction est en péril sous sa forme actuelle.

«Certains facteurs hors de son contrôle et liés à la pandémie de COVID-19 pourraient influencer le résultat de l'arrangement proposé», a précisé Transat.

«Les conditions de marché de l'industrie mondiale ont été transformées du tout au tout. Entre autres, la grande majorité des transporteurs aériens nord-américains, européens et internationaux ont annoncé une réduction de leur capacité et sollicité des mesures d'aide financière. Ceci pourrait impacter la possibilité d'arriver à une entente avec les autorités réglementaires au niveau d'un ensemble adéquat de mesures correctives visant à obtenir les approbations nécessaires», a mentionné la compagnie aérienne montréalaise.

Si la transaction va de l’avant, elle devrait être terminée au quatrième trimestre 2020.

Dans la même catégorie