/news/tele

Dénaturer Révolution? Il n’en est pas question

Le danseur Alex Francoeur, finaliste à Révolution l’automne dernier.

Photo courtoisie, OSA Images

Le danseur Alex Francoeur, finaliste à Révolution l’automne dernier.

Les danseurs étaient trouvés. Les équipes étaient prêtes. La COVID-19 a tout fait dérailler. C’est pour éviter d’offrir une version édulcorée de Révolution que Groupe Fair-Play et Québecor Contenu ont reporté la troisième saison du concours de danse de TVA.

Les 1 377 000 téléspectateurs qui suivaient l’émission l’automne dernier devront prendre leur mal en patience puisqu’en raison des restrictions relatives au maintien des mesures de distanciation sociale, Sarah-Jeanne Labrosse et compagnie feront relâche cette année.

Productrice déléguée chez Fair-Play, la boîte de production derrière Révolution, Marie-Ève Dallaire parle d’une décision difficile à prendre. « On s’est rendu compte que c’était mieux de repousser en 2021, parce que sinon, on aurait été obligé de faire une multitude d’aménagements qui auraient rendu le show trop différent », explique-t-elle.

« Afin de diffuser des performances de grande qualité, il fallait permettre aux danseurs d’avoir le temps nécessaire pour créer leurs œuvres et pratiquer adéquatement », mentionne Denis Dubois, vice-président, contenus originaux, chez Québecor Contenu.

Sans Les Twins

En temps normal, le plateau de Révolution réunit environ 650 personnes : une cinquantaine de danseurs, une centaine de travailleurs et 500 membres du public. Si Fair-Play et Québecor Contenu étaient allés de l’avant avec l’édition 2020, seuls les solistes auraient été les bienvenus. Oubliez les duos de ballroom. Oubliez les troupes de hip-hop.

Et puisque les frontières demeurent fermées, même Les Twins auraient déclaré forfait. « Le visage de l’émission aurait changé du tout au tout, souligne Marie-Ève Dallaire. Ça aurait dénaturé le format. »

Une marque à préserver

Le concept de Révolution étant vendu dans plusieurs pays, comme la Chine, la Russie, la France et l’Espagne, préserver l’image de l’émission était également une préoccupation. « Révolution, c’est un format qu’on voit maintenant partout dans le monde, note Guy Villeneuve, producteur exécutif et cofondateur de Fair-Play. On ne peut pas laisser la marque aller et risquer qu’elle devienne un peu coin-coin. »

Sarah-Jeanne Labrosse

Photo courtoisie, OSA Images

Sarah-Jeanne Labrosse

Sarah-Jeanne Labrosse et Jean-Marc Généreux ont accueilli la nouvelle du report de Révolution avec philosophie. « De manière égoïste, je suis hyper déçue, déclare l’animatrice au téléphone. Rencontrer les danseurs, voir leurs performances, me laisser inspirer... Ça va me manquer. Mais c’était la bonne décision à prendre. Ça aurait été plate de dénaturer le show. »

Jean-Marc Généreux

Photo d'archives, Chantal Poirier

Jean-Marc Généreux

Jean-Marc Généreux, qui compose le panel de maîtres avec Les Twins et Lydia Bouchard, a éprouvé une grande peine en apprenant la nouvelle. « C’est très rough, confie l’ex-champion mondial de salsa. C’est l’une des choses auxquelles je m’accrochais. Ça m’a fait extrêmement mal. Mais c’était ce qu’il fallait faire. Sinon, ça aurait été un tout autre show. »

La COVID-19 a également interrompu la tournée Révolution. « La danse, c’est souvent la forme d’art la plus pauvre, mentionne Guy Villeneuve. Révolution donnait aux danseurs la chance d’être au premier plan. C’est une pause plate, mais tout le monde comprend qu’on devait la faire. » 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.