/news/law

Violente altercation: un sympathisant d’Atalante plaide coupable

Kathleen Frenette | Journal de Québec

Louis Fernandez aurait violemment battu un autre jeune homme dans un bar du quartier Saint-Roch (LvlOp) pour de possibles motifs haineux, selon le SPVQ.

Photo de courtoisie

Un jeune homme sur qui les policiers ont retrouvé un autocollant «du groupe d’extrême droite Atalante» à la suite d’une violente altercation sauvage et gratuite survenue dans un bar de Québec a plaidé coupable, vendredi, aux accusations portées contre lui.

• À lire aussi: L’accusé se défend d’être fasciste

• À lire aussi: Un suspect de 24 ans accusé de voies de fait à Québec

Dès son enquête sur remise en liberté, Louis Fernandez a toujours soutenu que les gestes qu’il a posés le 18 décembre 2018 à l’égard d’une victime innocente qu’il ne connaissait pas avaient été «extrêmement stupides» et qu’il avait eu, ce soir-là, un comportement «d’imbécile» après avoir probablement consommé trop d’alcool.

Selon les faits relatés, vendredi, par le poursuivant, Me Mathieu Rochette, Fernandez est entré au bar LvlOp de la rue Saint-Joseph au petit matin le jour des événements et il s’est dirigé vers le groupe où se trouvait la victime qui s’apprêtait à jouer à un jeu.

«L’accusé était alors vêtu de vêtements de style paramilitaire, il portait des bottes noires et il avait les cheveux rasés. Il s’est approché de la victime et lui a demandé, deux fois plutôt qu’une, s’il était un Antifa», a résumé le procureur. 

Après ce premier contact, la victime a suivi Fernandez jusqu’à une table où elle a été «encerclée» par l’accusé et ses amis.

Lésions corporelles

«Il a reçu un premier coup de poing de la part de l’un des amis de l’accusé puis, par la suite, M. Fernandez a pris la victime à bras le corps, l’a jetée par terre et lui assené un violent coup de pied au visage avant de prendre la fuite», a ajouté Me Rochette. 

Comme l’accusé ne possède pas d’antécédent criminel, le poursuivant et l’avocat de la défense, Me Benoit Labrecque, ont demandé la confection d’un rapport prédécisionnel qui pourra éclairer le tribunal quant à la peine à imposer. 

Les avocats ont également fait savoir à la juge Réna Émond que, dans le cadre des auditions sur la peine, l’accusé et la victime, qui a subi de nombreuses lésions corporelles à la suite de cette agression, seront entendus.