/finance/stockx

Wall Street, aidée par la Fed, finit en hausse

Agence France-Presse

La Bourse de New York a terminé dans le vert lundi, effaçant ses pertes du début de séance après l'annonce par la Réserve fédérale (Fed) qu'elle allait acheter de la dette obligataire d'entreprises.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average a progressé de 0,62% à 25 763,16 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a gagné 1,43% à 9726,02 points.

Le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, est monté de 0,83% à 3066,59 points.

«Que la Fed dise qu'elle va acheter un portefeuille large et diversifié de titres indique qu'elle compte toucher tous les domaines» de l'économie, explique Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services.

«Cela ne va pas consister à racheter seulement la dette qui a les meilleures notations», précise-t-il.

La Banque centrale américaine rachète déjà des titres obligataires de fonds indiciels (ETF), qui évoluent de manière passive.

Mais avec cette nouvelle mesure, elle va pouvoir racheter, à partir de mardi, des obligations d'entreprises sur le marché secondaire, ce qui a pour but d'aider des groupes en manque de liquidités en raison de l'impact économique du coronavirus. 

«Acheter des obligations individuellement va permettre à la Fed de canaliser beaucoup mieux son pouvoir et sa force de frappe», note M. Volokhine.

«Des pans de l'économie autrement délaissés vont être privilégiés», précise-t-il.

Plus tôt dans la journée, la Banque centrale américaine avait par ailleurs lancé son programme de prêts aux entreprises de taille moyenne, censé compléter le dispositif d'aide du gouvernement fédéral de lutte contre l'impact de la pandémie de COVID-19.

Ce «Main Street Lending Program» permet de prêter de l'argent aux entreprises trop grandes pour pouvoir bénéficier des prêts mis en place par l'administration Trump et le Congrès dans le cadre du plan de relance de l'économie américaine.

Avant cette série d'annonces, les indices new-yorkais évoluaient dans le rouge, poursuivant sur la même tendance que la semaine dernière, dans un marché de plus en plus inquiet d'une seconde vague de COVID-19 et de ses conséquences pour l'économie américaine et mondiale.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine était en hausse, s'établissant à 0,7133% vers 16h15 contre 0,7034% vendredi soir.