/news/coronavirus

Cinémas et salles de spectacle ouverts dès le 22 juin

Raphaël Gendron-Martin | Le Journal de Montréal

La santé publique a donné le feu vert lundi pour la réouverture des salles de spectacles dès lundi, en respectant certaines mesures. Alors qu’en musique, plusieurs salles continuent de broyer du noir après cette annonce, le monde de l’humour a bon espoir de refaire rire le public cet été.

• À lire aussi: Plusieurs cinémas attendront le 3 juillet

• À lire aussi: [EN DIRECT] Les derniers développements sur le coronavirus

Le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, a annoncé lors d’un point de presse la permission, dès le 22 juin, de rassemblements de 50 personnes maximum dans les lieux publics intérieurs, dont les salles de spectacles.

La distanciation minimale de 1,5 m sera exigée entre les spectateurs qui seront assis lors d’un concert.

Cette nouvelle a été accueillie très différemment par la quinzaine de salles de spectacles que Le Journal a jointes à Montréal, Québec, Trois-Rivières et Magog.

La grande majorité des établissements de 400 places et plus ont confirmé qu’ils continueraient de garder leurs portes fermées, car l’opération ne serait pas rentable pour eux. 

« Ça va nous coûter plus cher d’être ouverts que fermés », a indiqué le propriétaire du Vieux Clocher de Magog, Bernard Caza, qui est allé jusqu’à dire que l’annonce du gouvernement était « insultante ».

« Pour qu’une salle soit rentable, ça prend au moins 70 % de la capacité, mentionne le président du Théâtre Fairmount, John Hatz. Ouvrir dans ces conditions, ça ne sert à rien. » Il ajoute avoir déjà fermé les livres pour 2020.

De l’humour cet été   

Alors que du côté du Réseau indépendant des diffuseurs d’événements artistiques unis (RIDEAU), on estime « improbable » que des lieux de diffusion présentent des spectacles durant l’été, à l’ADISQ on fonde beaucoup d’espoir sur le fait que la santé publique ait ouvert la porte à augmenter la capacité des salles à 250 personnes à la mi-juillet, si la situation ne s’est pas détériorée avec le coronavirus.

Dans le camp des positifs, le producteur Benjamin Phaneuf (Louis-José Houde, Patrick Groulx) a souligné au Journal que des spectacles d’humour pourraient être rapidement annoncés pour le début de l’été. « Ça fait deux mois qu’on pense à un plan de relance, dit-il. Même avec seulement 50 personnes, il y a moyen de faire des spectacles, de charger un prix décent et que les dépenses se paient. Mais il n’y a personne qui va s’acheter un chalet avec ça. »

À Trois-Rivières, Martin Fontaine a annoncé qu’il reprendrait les soupers-spectacles au Memphis Cabaret dès le 10 juillet. « Avec les boissons et les repas, c’est faisable [de le faire avec 50 spectateurs]. Vu que nous sommes petits, nous prenons des shows qui sont peu coûteux. »

CE QU'ILS ONT DIT  

Sara Castonguay (Lion d'Or)

« Nous pouvons enfin dire que nous voyons un semblant de lumière au bout du tunnel. Cependant, il ne faut pas penser que les salles de spectacles indépendantes soient tirées d'affaire, car se remettre des pertes financières que nous avons vécues, ré-engager notre personnel alors que nous n'avons plus de fonds de roulement... ça va être très difficile. Il y a encore tellement de travail à faire pour assurer notre survie! »

Michel Sabourin (Club Soda)

« On n'a pas de programmation... et ça prendra du temps avant de la bâtir et vendre des billets. Je n'ouvrirai pas mes portes pour l'instant. »

Patrick Lévy (Olympia)

« C'est impossible de redémarrer à 50 personne sur une salle de 2400 de capacité... »

Marie-Ève Dury (Théâtre St-Denis)

« Étant un théâtre non subventionné, il est difficile d'assurer une rentabilité si l'assistance n'atteint pas 75% de la capacité. À ce compte, nous sommes loin d'un rassemblement de 50 personnes et moins. »

Joanne Lamoureux (Place des Arts)

« C’est une nouvelle encourageante pour le milieu des arts de la scène. Cela signifie que les activités pourront reprendre graduellement. Pour le moment, tous les spectacles dans nos salles ont été annulés jusqu’à la fin de l’été ou reportés à une date ultérieure. Nous nous préparons toutefois depuis un bon moment à différents scénarios, nous avons fait un plan sanitaire et sommes prêts à accueillir des producteurs qui souhaiteraient venir en nos salles tout en demeurant attentifs aux directives de la Santé publique et de la CNESST à cet effet. »

Philip Vanden Brande (evenko/Spectra)« Nous avons pris connaissance de la nouvelle du gouvernement. Nous évaluons présentement toutes les options possibles afin de pouvoir accueillir les fans à nouveau dans un environnement sécuritaire et assurer une expérience plaisante pour toutes personnes impliquées. Nous continuons de suivre les recommandations des autorités afin d’assurer la santé et le bien-être des fans, partenaires et employés dans nos salles de spectacle. »

Benjamin Phaneuf (Groupe Phaneuf)« C'est une bonne nouvelle. On va enfin pouvoir faire quelque chose! Il faut bien commencer à quelque part? [...] Je suis dans un comité de relance de l'humour, qu'on a surnommé "Le comité des positifs" et ça regroupe plusieurs diffuseurs, producteurs, agents. On va pouvoir annoncer des spectacles très bientôt. »

Solange Drouin (ADISQ)« Nous savions que le retour se ferait graduellement. Le processus est en marche et est accueilli comme une bonne nouvelle d'autant plus que les informations qui circulent du gouvernement sont à l'effet que nous pourrions passer à une ouverture avec 250 personnes dès la mi-juillet. »

Julie-Anne Richard (RIDEAU)

« Je crois que c'est "improbable" que des lieux de diffusion présentent des spectacles le 22 juin et même durant l'été. Il va peut être y avoir des initiatives ici et là mais la majorité ne pourront pas. Même à 250 personnes, ce n'est pas rentable. Un soutien financier public sera essentiel pour que les salles puissent recommencer à opérer. C'est une question de survie. »

Bernard Caza (Vieux Clocher de Magog)

« Une annonce comme ce matin (lundi), c'est insultant. D'apprendre ça une semaine à l'avance. Et seulement 50 places, qu'est-ce que vous voulez faire? Nos spectacles se rentabilisent avec 350 spectateurs sur une capacité de 400. [...] J'avais 10 000 billets vendus pour l'été et j'ai tout annulé. Là, ils parlent de peut-être avoir 250 spectateurs à la mi-juillet. Mais je fais quoi avec ça? Je ne peux pas signer des contrats sur des "peut-être". Je suis vraiment insulté de voir comment c'est fait avec si peu d'attention. »

John Hatz (Théâtre Fairmount)« C'est un changement vers le positif. On sait que c'est le début et que ça va prendre du temps. Ouvrir à 20% de la capacité ou à 50 personnes, ça ne sert à rien. On va perdre de l'argent, mes employés vont perdre leur chômage. Une salle de spectacle, ça prend au moins 70% de la capacité pour faire de l'argent. On va perdre plus d'argent si on ouvre que ce qu'on est en train de perdre maintenant. [...] Je n'attends rien pour 2020. Je programme des spectacles pour l'année prochaine. »

Joanne Pouliot (Association des professionnels de l'industrie de l'humour (APIH))« Cette annonce-là signifie que l'artiste va retrouver son public. On va tenter de faire de la scène et de plaire aux consommateurs de culture différemment parce qu'on va devoir appliquer les normes sanitaire et la distanciation physique. [...] C'est un court délai, par contre. Pour proposer des spectacles dès la semaine prochaine, il faut activer la billetterie rapidement. Il y a du personnel à réembaucher. [...] Si la situation évolue telle qu’on l’a prévu, la capacité maximale en salle pourrait augmenter à 250 à la mi-juillet. Cet espoir-là nous laisse présager que l’expérience va être encore plus belle, grande et près de ce qu’on a toujours connu. [...] C'est déjà une belle lumière pour le secteur des arts, inévitablement. »

Martin Fontaine (Memphis Cabaret, Trois-Rivières)« Avec les boissons et les repas, c’est faisable [avec 50 spectateurs]. Vu que nous sommes petits, nous prenons des shows qui sont peu coûteux. [...] Les autorités savent que les gens vont être consciencieux et que ce ne sera pas la ruée aux guichets. Il va y avoir le facteur peur aussi. C’est raisonnable de le faire comme ça, je pense. »

Karl-Emmanuel Picard (District 7 Production et L'Anti, Québec)« C’est validé et officiel, pour le moment nous ne pourrons pas recevoir aucun public dans les bars & spectacles comme L'Anti Bar & Spectacles à partir du 22 juin. Ceci dit, demain je vais trouver une salle de spectacle ou un théâtre à Québec pour présenter des spectacles dès le 22 juin avec une capacité de 50 spectateurs en respectant la distanciation de 1,5 mètre entre chacun. Je vais continuer à présenter des concerts virtuels en direct de L’Anti Bar & Spectacles cet été. Je suis déterminé. »

Lucie Cloutier (Grand Théâtre de Québec)« C’est un bon signe, mais nous ne sommes pas concernés en raison de la capacité de nos salles principale. Ça ne change rien en ce qui concerne nos activités principales. Nous allons suivre de près la situation qui pourrait évoluer au fil des semaines. »

– Avec la collaboration de Cédric Bélanger, Sandra Godin et Yves Leclerc

Dans la même catégorie