/news/coronavirus

Nouvel appel pour regarnir les banques de bénévoles

TVA Nouvelles

Avec la reprise de l'activité économique, la banque de bénévoles qui avait été constituée grâce à la plateforme web «jebénévole.ca» se vide rapidement. Pourtant, les organismes communautaires ont encore d'énormes besoins à combler, de sorte que le gouvernement lance un nouvel appel aux personnes disponibles.

Informaticien à la retraite, Denis Bouchard a dû rester chez lui, au début de la pandémie.

«À partir du mois de mars, j'ai mis ça de côté un peu. J'ai trouvé ça difficile. C'est un peu ma passion, Moisson Québec», reconnaît-il.

Si M. Bouchard est de retour, Moisson Québec voit malgré tout sa banque de 160 bénévoles fondre avec le déconfinement.

«On reprend un nouvel appel à tous pour combler, je dirais, une trentaine de postes pour les mois de juillet et août, explique la directrice générale de Moisson Québec, Élaine Côté. L'automne, ça va être pareil, il va falloir trouver d'autres bénévoles qui vont prendre la relève.»

Heureusement, la population a jusqu’à maintenant répondu à l’appel, dit-elle, mais le gouvernement entend prendre les moyens pour épauler les organismes.

«Il y a beaucoup de bénévoles qui retournent au travail, et donc ça crée un besoin additionnel. Les organismes communautaires frappent à notre porte», reconnaît le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet.

Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

Québec a donc décidé de prolonger de trois mois la possibilité de s'inscrire sur la plateforme «jebénévole.ca». Depuis le 5 avril, le portail a permis la concrétisation de 25 000 jumelages de bénévoles et d'organismes communautaires partout au Québec.

«Ce sont des problématiques qui ont été exacerbées par la pandémie, donc ça accroît les besoins, ça exacerbe les problématiques humaines et les bénévoles jouent un rôle fondamental dans la société québécoise», mentionne le ministre Boulet.

Un coup de pouce qui est apprécié par Moisson Québec.

«Toutes les portes qui peuvent faire parler de nos besoins en matière de bénévoles, on doit les utiliser», souligne Mme Côté.

D’autant plus qu’avec la pandémie, Moisson Québec a vu ses demandes exploser, passant d’une clientèle mensuelle d’environ 35 000 personnes à 70 000.

«Normalement, pour 2019, on avait autour de 230 000 kilos à redistribuer et, là, on en a eu tout près de 500 000 juste pour le mois d'avril. Ça démontre à quel point nos services ont été sursollicités», note la directrice générale. 

Dans la même catégorie