/news/coronavirus

Le dexamethasone, ce médicament prometteur contre la COVID sera utilisé au CHUM

TVA Nouvelles

Le dexamethasone, ce médicament de la famille des stéroïdes, dont le vaste essai clinique a montré des résultats extrêmement encourageants dans la lutte contre le COVID-19 chez des patients gravement malades, sera administré à des patients au CHUM.

• À lire aussi: Stéroïde contre la COVID-19: l'OMS salue «une percée scientifique»

• À lire aussi: Pour la première fois, un médicament semble améliorer la survie

• À lire aussi: COVID-19 | Un stéroïde réduit d'un tiers la mortalité chez les patients gravement atteints

C’est ce qu’a confirmé le Dr Michael Chassé, intensiviste à ce centre hospitalier universitaire situé au centre-ville de Montréal. 

«Je me considère comme un médecin un chercheur très sceptique, et vous confirme dès aujourd’hui que des patients qui n’avaient pas de dexaméthasone vont en recevoir, ou un dérivé», a-t-il déclaré en entrevue avec Paul Larocque sur les ondes de LCN. 

«Les résultats préliminaires sont suffisants pour dire que les avantages dépassent les risques, maintenant c’est toujours sous réserve de voir l’étude finale», a-t-il spécifié. 

Néanmoins, l’étude très vaste et de bonne qualité permet de croire aux bienfaits de ce traitement qui réduit d'un tiers la mortalité chez les malades les plus gravement atteints par le COVID-19. 

L’étude va être analysée dans les détails dans les prochains jours, et la décision d’administrer le produit ou non sera prise au chevet des malades « en attendant d’avoir des lignes directrices des autorités supérieures. Les médecins ont toujours l’indépendance de traiter leurs patients avec les meilleures connaissances qu’ils ont», précise le Dr Chassé.  

On traite mieux la COVID-19 

La façon de traiter les patients atteints de la COVID-19 a également évolué au cours des derniers mois, notamment, en utilisant de nouvelles stratégies.

«On est meilleurs! On est capables de mieux optimiser les ventilateurs. Même que des patients qu’on aurait mis sous ventilateurs il y a trois mois, aujourd’hui on va avoir des alternatives. On peut épargner une machine à un patient. On a optimisé nos traitements», détaille le Dr Chassé.  

En Grande-Bretagne, les services de santé ont annoncé mardi qu’ils utiliseraient ce médicament dans la lutte contre le nouveau coronavirus dans tout le pays. 

Selon les chercheurs de l’essai clinique Recovery, «une mort sur huit pourrait être évitée grâce à ce traitement chez les patients placés sous ventilation artificielle».

Les bénéfices de ce médicament n’ont été observés que chez les patients hospitalisés, sous oxygène et plus. «Chez les gens qui n’ont pas de symptômes, ou peu de symptômes, qui sont à la maison, ces patients ne bénéficiaient pas de ce traitement et peuvent même avoir des effets secondaires potentiels», précise le médecin. 

Ce médicament est déjà utilisé dans de nombreuses indications pour son effet anti-inflammatoire puissant.

Dans le cadre de l'essai Recovery, 2 104 patients ont reçu ce traitement (par voie orale ou intraveineuse) pendant 10 jours.

Dans la même catégorie