/news/world

Le Vatican publie son manuel du bon écolo

Agence France-Presse

Le Vatican a rendu public un manuel «d'écologie intégrale», mode d'emploi pour la mise en oeuvre de l'encyclique «Laudato Si», promulguée il y a cinq ans par le pape François.

Un «document interdicastériel» (interministériel, ndlr) a été présenté jeudi au Vatican qui réaffirme ainsi «son engagement pour l'écologie intégrale», a indiqué Vatican news, le site internet du Vatican.

Ce document de 200 pages, rédigé avant la pandémie et intitulé «Sur le chemin du soin de la maison commune», est le fruit de cinq années de travail.

Il définit des pistes concrètes pour l'écologie, sur la base de «Laudato si», encyclique à tonalité très sociale, dénonçant en termes cinglants l'exploitation des hommes et de la nature.

Ce texte «actualise le message principal de l'encyclique: tout est lié, il n'y a pas de crises séparées, mais une crise socio-environnementale unique et complexe qui nécessite une véritable conversion écologique», explique Vatican news.

Il rappelle «la nécessité de cette conversion écologique, un changement de mentalité qui conduit à prendre soin de la vie et de la création, à dialoguer avec l'autre et à prendre conscience du lien profond entre les problèmes du monde».

Il réaffirme ensuite «la centralité de la vie et de la personne humaine», de même que la nécessité de «développer la +culture du soin+ comme antidote à la +culture du déchet+».

La famille comme l'école sont invitées à jouer «un rôle central». Le document appelle à lutter contre le gaspillage alimentaire, sur l'idée que «jeter de la nourriture revient à la +voler aux pauvres+», poursuit Vatican news.

Il souligne la nécessité de «promouvoir une agriculture +diversifiée et durable+ en défense des petits producteurs et des ressources naturelles».

Défendant l'idée d'une «économie circulaire», il appelle à lutter contre l'accaparement des terres, les grands projets agro-industriels polluants, le travail des enfants, le travail non déclaré et les «nouvelles formes d'esclavage».

Le monde de la finance n'est pas épargné, qui doit enfin viser à la «primauté du bien commun» pour essayer de mettre fin à la pauvreté. Le texte invite «à fermer les paradis fiscaux, et à sanctionner les institutions financières impliquées dans des opérations illégales (...)».

Il s'agit aussi de repenser le système pénitentiaire, l'accès aux soins de santé, de multiplier les programmes de reforestation, ou encore de défendre le statut de «réfugié climatique».

Le Vatican expose enfin les actions mises en oeuvre dans la Cité pontificale: avec par exemple un nouveau système d'éclairage de la Basilique Saint-Pierre qui a permis de réduire les coûts de 80%.