/news/currentevents

Feu de forêt au Lac-Saint-Jean: plus d’une centaine de chalets menacés

Dominique Lelièvre | Journal de Québec

En plus de la destruction de paysages naturels, l’important incendie de forêt qui fait rage au Lac-Saint-Jean met en péril près de 150 chalets.

• À lire aussi: Incendie au Lac-Saint-Jean: un feu de camp possiblement à l'origine du brasier

• À lire aussi: EN IMAGES | Les feux dévastateurs gagnent du terrain

• À lire aussi: Feux de forêt : la fumée ressentie jusqu’à Montréal

Il y a 51 chalets dans le périmètre de l’incendie situé dans la MRC Maria-Chapdelaine, a indiqué au Journal le préfet de ce territoire, Luc Simard. Ceux-ci sont «probablement directement touchés ou très fortement à risque d’être touchés», mentionne-t-il.

Du côté de la MRC voisine, Fjord-du-Saguenay, on dénombre 96 chalets menacés. Il y a néanmoins de l’espoir pour les propriétaires de ces bâtiments, affirme le préfet, Gérald Savard. «Il y en a qui ne sont pas brûlés [...] parce que des fois, le feu ne touche pas au sol, il est seulement dans les airs», précise-t-il.

En matinée, la SOPFEU estimait que 72 014 hectares de forêt ont été ravagés jusqu’ici par l’incendie situé dans le secteur Chute-des-Passes, soit près d’une fois et demie la superficie de l'île de Montréal. Selon l’hypothèse la plus probable, il aurait été causé par un feu de camp mal éteint ou mal surveillé.

Gestes téméraires    

«On risque d’avoir au-dessus d’une centaine de chalets brûlés», craint Luc Simard. Selon lui, cet incendie, au-delà des pertes financières, va causer des pertes sur le plan sentimental, en plus de dénaturer le paysage.

«[Un chalet], ça se reconstruit, mais c’est quand même un sentiment de perte qui n’est pas monétaire, qui est dur à chiffrer. C’est souvent le grand-père qui l’a construit», donne-t-il en exemple.

«En même temps, les gens allaient chasser, pêcher, mais, là, l’environnement, aller chasser dans une forêt où il ne reste plus un arbre...», poursuit-il. 

Près de Dolbeau-Mistassini, le préfet dénonce des comportements téméraires qui ont eu lieu récemment, malgré le risque d’incendie extrême.

«On déplore qu’on a encore vu des gens faire des feux d’artifice. [...] Les gens sont très insouciants. [...] Même si les gens se sentent en sécurité, un risque d’incendie, on ne joue pas avec ça», implore M. Simard.

Progression «plus lente»    

L’incendie qui sévit dans le secteur Chute-des-Passes, à plus de 100 km au nord-est du lac Saint-Jean, a gagné près de 10 000 hectares entre dimanche matin et lundi matin. De la pluie est annoncée en milieu de semaine, ce qui pourrait contribuer à le freiner.

«On parle d’une progression qui est un petit peu plus lente, et puis il y a l’effet de la météo qui commence à se faire sentir. C’est moins sec sur le terrain, la température est moins élevée également», a souligné la porte-parole de la SOPFEU Josée Poitras.

Quarante pompiers de l’Ontario étaient attendus lundi à l’aéroport de Bagotville pour venir prêter main-forte aux 64 pompiers forestiers de la SOPFEU. Des renforts du Manitoba et de l'Alberta sont attendus plus tard cette semaine, ce qui fera passer à près de 200 le nombre de pompiers forestiers affectés à ce brasier.

Rivière-Ouelle    

Pendant ce temps, à Rivière-Ouelle, dans le Bas-Saint-Laurent, le combat s’est poursuivi contre un incendie de tourbière, qui a aussi détruit 326 hectares de forêt en date de lundi matin.

Des écoles ont été fermées de façon préventive dans cette région. L’autoroute 20 a également été fermée en direction ouest pendant plusieurs heures pour faciliter des opérations d’arrosage.

«Le feu est vraiment contenu, puis actuellement, il n’y a aucune infrastructure menacée, sinon que par la fumée», a précisé le préfet de la MRC de Kamouraska, Yvon Soucy.

«La fumée a beaucoup diminué» et, «pour l’instant, la situation est encourageante», a ajouté M. Soucy, tout en soulevant que «le vent peut se lever dans une demi-heure puis ça va être différent».

Année très active    

Lundi, on recensait 18 incendies de forêt en activité au Québec. Depuis le début de l’année, 461 feux de forêt se sont déclarés, soit deux fois plus que d’habitude à pareille date. Ces incendies ont affecté plus de 73 000 hectares de forêt, contre 26 850 hectares affectés en moyenne à pareille date.

Comment expliquer cet écart? «La météo. On a connu un printemps hâtif et des taux d’assèchement», répond la porte-parole de la SOPFEU Josée Poitras.

Dans la MRC Maria-Chapdelaine, deux autres petits feux de forêt, mesurant respectivement 2,5 et 14,5 hectares, ont été provoqués par des impacts de la foudre dernièrement. Ils n'ont pas de lien avec l'incendie de la Chute-des-Passes et ne présentent pas un risque important d'aggravation, selon la SOPFEU.