/news/society

Soins de santé: rôle moins important des immigrants au Québec

Agence QMI

Florence Rehema, préposée aux bénéficiaires CHSLD Char

Elisa Cloutier

Les immigrants occupent une partie importante des postes d’aide-infirmier, d’aide-soignant et de préposé aux bénéficiaires au Canada, mais la proportion est moindre au Québec qu’ailleurs au pays.

Selon une étude de Statistique Canada publié lundi, 36 % de ces postes au pays étaient occupés par des immigrants en 2016 contre 26,1 % au Québec. Seules la Saskatchewan et les provinces de l’Atlantique ont une proportion plus faible que le Québec.

Avec 51,6% de ces postes pourvus par des immigrants, l’Alberta est la province qui dépend le plus de ce sous-groupe de la population contre 45,2 % pour la Colombie-Britannique. L’Ontario est quatrième à 41,2 %, derrière le Manitoba.

Il faut cependant souligner que le pourcentage d’immigrants dans l’ensemble des professions au Québec est plus faible que dans les provinces qui s’appuient plus sur eux dans le domaine des soins en santé.

Parmi les plus grandes agglomérations du pays, Montréal (47,8 %) a une proportion d’immigrants travaillant comme aide-infirmier, aide-soignant et préposé aux bénéficiaires beaucoup plus faible que Toronto (78,7 %), Vancouver (71,7 %), Calgary (70,5 %) et Edmonton (62,4 %). Même la région d’Ottawa-Gatineau (52 %), qui compte dans l’ensemble une proportion plus basse de main-d’œuvre immigrante que Montréal, en a plus en pourcentage dans ce domaine de soins.

En 2016, 245 500 personnes œuvraient comme aide-infirmier, aide-soignant et préposé aux bénéficiaires au Canada. Parmi elles, 87 925 étaient immigrantes. Cette main-d’œuvre est très féminine, autant chez les immigrants (86 %) que chez les non-immigrants (87 %).

«Au cours des 20 dernières années, la part d’immigrants au sein de ces professions a augmenté plus rapidement que la part d’immigrants au sein de l’ensemble des autres professions», a souligné Statistique Canada dans son étude.

De 1996 à 2016, la proportion d’immigrants dans ces trois professions a bondi de 22 % à 36 %.

À titre de comparaison, le pourcentage des immigrants dans l’ensemble des autres professions est passé de 19 % en 1996 à 24 % en 2016.