/finance/homepage

Pas de cohue vers les restaurants

Clara Loiseau et Maude Ouellet | Journal de Montréal

Sur la terrasse de ce resto de la place Jacques-Cartier dans le Vieux-Montréal, c’était le calme plat lundi midi.

Photo Pierre-Paul Poulin

Sur la terrasse de ce resto de la place Jacques-Cartier dans le Vieux-Montréal, c’était le calme plat lundi midi.

Très peu de clients sont allés manger dans les restaurants montréalais, lundi midi, lors de leur première journée de réouverture après plus de trois mois de fermeture.

« Il n’y a pas vraiment de surprise, c’est le premier jour de réouverture. Il ne faut pas s’attendre à ce que ça redémarre tout de suite, on va plus profiter mercredi où il fera moins chaud et en plus ce sera la Saint-Jean », soutient Bruno Zarka, propriétaire du restaurant Le Déli, dans le Vieux-Montréal.

Après 14 semaines de fermeture, c’est avec soulagement que les restaurateurs de la communauté métropolitaine de Montréal ont pu rouvrir leurs portes. Mais avec la canicule et le début de semaine, la clientèle s’est faite timide.

Les terrasses de l’avenue du Mont-Royal n’étaient pas très courues lundi vers 13 h. Une poignée de clients étaient attablés sur la terrasse de la Taverne Saint-Sacrement : c’était la plus achalandée entre les rues Berri et Christophe-Colomb. 

De son côté, la place Jacques-Cartier dans le Vieux-Montréal était tout aussi déserte. Selon plusieurs propriétaires, l’absence de clientèle est notamment liée à la fermeture de plusieurs rues aux voitures.

« Comme la Ville a fermé tous les accès au Vieux-Montréal, depuis le 11 juin, c’est comme une journée morte », déplore Sacha Brand, propriétaire du Comptoir 400.

Mais pas question pour les restaurateurs de perdre espoir pour autant.

Éric Luksenberg, propriétaire des restaurants Chez Éric et Homard Fou sur la place Jacques-Cartier, reste positif. « Même si ça prend un petit délai, on est ouvert et les gens vont revenir. »

Beaucoup de réservations 

Du côté du Ben et Florentine sur le boulevard Saint-Martin, à Laval, l’ambiance était aussi calme. « On s’attendait à servir plus de clients », confie Denis Allard qui est gérant et serveur depuis près de 20 ans. Le restaurant affiche tout de même complet pour la fin de semaine.

Même son de cloche au Houston Avenue Bar & Grill, à Laval. « Demain soir, on a 60 personnes qui ont réservé », explique Danny Panza, gérant de l’établissement.

« On a été fermé trois mois et on a besoin que ça roule », indique-t-il.

– Avec Elsa Iskander, Agence QMI