/news/coronavirus

«Intentions très fermes» de recommander le port du masque obligatoire, dit Arruda

Vincent Larin | Agence QMI

Recommander le port du masque obligatoire dans les transports en commun fait partie des « intentions très fermes » du Dr Horacio Arruda, qui s’en remet toutefois au gouvernement Legault pour trancher la question une bonne fois pour toutes.

• À lire aussi: Environ 130 000 masques N95 volés retrouvés en Ontario

• À lire aussi: «La pandémie continue de s'accélérer»

«S’il faut le rendre obligatoire pour que les gens le fassent, on verra à peser les pour et les contre [...] mais je verrai qu’est-ce que les autorités décideront», a-t-il déclaré en conférence de presse, jeudi, en laissant planer le doute sur la suite des choses.

Or, dans une grande entrevue accordée au Journal de Québec le 12 juin, le premier ministre du Québec, François Legault, a fait savoir qu’il n’était pas en faveur d’obliger la population à porter le masque en embarquant dans l’autobus ou le métro.

«Je pourrais le faire, c’est moi qui décide, avait-il précisé en entrevue. Je pourrais si je pensais que c’était bon, mais je ne pense pas que ça serait bon.»

À ce moment, la position de la santé publique se résumait à recommander le couvre-visage, mais elle a évolué depuis, à en croire les propos tenus par son directeur national, le Dr Horacio Arruda, jeudi.

Pour expliquer le fait qu’il ne recommandait pas de rendre obligatoire le port du masque, le Dr Arruda a, encore une fois, fait valoir qu’il n’était pas possible pour tous de s’en procurer. Il souhaite aussi éviter la dénonciation.

«Il faut faire attention à ceux qui n’ont pas les moyens financiers d’avoir un masque quand il est obligatoire, mais on va voir qu’est-ce qu’on va faire avec ça», a-t-il résumé, sans plus.

Prenant la balle au bond, la directrice régionale de santé publique de Montréal, la Dre Mylène Drouin, a résumé le problème auquel elle et son patron font face.

«Une maman qui arrive avec ses enfants dans l’autobus et qui n’a pas son masque, on ne souhaite pas que la population commence à dénoncer et sorte la personne de l’autobus», a-t-elle fait valoir.

Jeudi, au bureau du premier ministre Legault, on s'est limité à dire que le gouvernement réévaluera la question lorsque la santé publique lui soumettra sa recommandation.

Voilà deux semaines, une trentaine de médecins et d’experts en santé avaient fait une sortie publique pour implorer le gouvernement du Québec de rendre obligatoire le port du masque pour les personnes âgées de plus de 12 ans dans les lieux publics où il est impossible de respecter la distanciation physique.

«Ça se passe très bien dans la grande majorité des 119 pays qui l'ont rendu obligatoire. Nous recommandons que la police distribue des masques plutôt que des amendes», avait alors proposé l'infectiologue, microbiologiste et ex-député, Amir Khadir.