/news/culture

Spectacle de la Saint-Jean: une visibilité en or pour Trois-Rivières

Cassandre Forcier-Martin | TVA Nouvelles

Tourné à l’Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières, le spectacle de la Fête nationale a offert une carte postale inespérée pour la ville.

• À lire aussi: Un spectacle de la fête nationale qui fait du bien

• À lire aussi: Notre drapeau oublié par «erreur»

• À lire aussi: Le fleurdelisé oublié: une erreur «déplorable», selon Guy Nantel

Les lettres formant «Trois-Rivières» illuminées ont rayonné dans des milliers de résidences. Selon le Mouvement national des Québécoises et Québécois et le Comité de la Fête nationale de Montréal, les cotes d'écoute ont dépassé le 1,9 million le 23 juin au soir, ce qui représente 70% des parts du marché.

«Je peux vous dire qu'il y a déjà des discussions pour de nouveaux projets. On ajoute carrément un nouveau créneau. Pour la première fois, le site a été exploité dans une production télévisuelle et c'était sans public. On peut imaginer l'enregistrement d'une émission d'envergure avec public... À partir de maintenant, il n'y a plus de limite», explique le directeur général de l'Amphithéâtre Cogeco, Steve Dubé.

Il est trop tôt pour compter les retombées officielles de la soirée, mais c'est déjà une réussite pour l'ancien maire Yves Lévesque.

«Certains craignaient que l'Amphithéâtre soit l'éléphant blanc de la Ville. Aujourd'hui, je pense que s'ils sont honnêtes envers eux-mêmes, ils vont se dire qu'on a bien fait! J'ai reçu énormément de courriel et d'appels, ça m’a surpris et ça m’a fait plaisir!» se réjouit-il

«Je me rappelle, les gens critiquaient l'idée des lettres. Le 23 au soir, j'ai compté le nombre de fois qu'on a vu les lettres: 29 fois! Puis, sans les lettres ça n'aurait pas été aussi évident savoir que c'était à Trois-Rivières!» ajoute l’ancien maire.

Décidément, depuis l'ouverture il y a cinq ans, l'Amphithéâtre Cogeco ne cesse de surprendre. Il vient de marquer l'histoire en devenant le lieu du premier grand rendez-vous culturel au Québec depuis le début de la pandémie.