/regional/sherbrooke/estrie

Trouver un logement est difficile à Sherbrooke à l'approche du 1er juillet

Ève Beauregard | TVA Nouvelles

À une semaine du 1er juillet, 32 ménages de Sherbrooke risquent d’être sans toit à cette date.

Le nombre de locataires dans le besoin est sans précédent. L’Association des locataires de Sherbrooke estime que ces chiffres pourraient encore augmenter de quelques cas d’ici le 1er juillet.

Les prix des logements, l'accessibilité et les enquêtes de crédit donnent à certains beaucoup de fil à retordre. La situation cause beaucoup de détresse.

«Beaucoup d’anxiété, beaucoup de stress. Le 1er juillet arrive, on ne sait pas où on va se loger. Il y a des familles, des enfants. Il y a des situations particulières non désirées là-dedans aussi», explique Marie-Claude Bégin, porte-parole de l’Office municipal d’habitation de Sherbrooke.

Crise sanitaire ou pas, le temps presse pour ces familles. Il ne leur reste que quelques jours pour trouver un logis, sans quoi, elles se retrouveront à la rue.

Signe que les déménagements approchent, depuis quelques jours, le centre de don et le magasin d'Estrie Aide sont particulièrement achalandés.

Par ailleurs, le 1er juillet est aussi une période clé pour les déménageurs. D'autant plus, que la Société d'habitation du Québec a recommandé aux gens de faire affaire avec eux, pour s'assurer que les mesures sanitaires du gouvernement soient respectées.