/news/coronavirus

Décès dans les CHSLD: Tam plus réticente à blâmer les provinces

Émilie Bergeron | Agence QMI

Photo d'archives, Agence QMI

L’administratrice en chef de la santé publique du Canada, Dre Theresa Tam, évite de blâmer directement les provinces pour la forte proportion de décès dus à la COVID-19 survenus dans les établissements de soins de longue durée.

• À lire aussi: Décès dans les CHSLD: échec des provinces, dit Trudeau

Jeudi, le premier ministre Justin Trudeau avait pourtant soutenu qu’il fallait reconnaître que celles-ci avaient «échoué».

«Je pense que c’est une problématique propre à toute la société et chacun de nous, chaque palier de la santé publique, devrait en prendre la responsabilité», a dit Dre Tam, vendredi, alors qu’elle était appelée à définir le rôle du fédéral.

Elle a toutefois précisé que les centres de soins de longue durée tombent bien davantage sous les champs de compétence provinciaux.

Sa remarque prudente a paru nettement plus modérée que celle de M. Trudeau, quand il a réagi à un rapport dans lequel le Canada fait figure de cancre. L’Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) y conclut que l'incidence de décès dans ce type de centres pour aînés était la pire parmi 16 pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

«Ça souligne le besoin d’avoir des conversations extrêmement importantes avec les provinces tout en respectant que les centres d’aînés sont sous leur responsabilité. Mais, à quelque part, il faut reconnaître que les provinces ont échoué à prendre soin de leurs aînés», avait commenté le premier ministre jeudi.

Il a lié cette réaction à la nécessité, à ses yeux, que les provinces et territoires acceptent son offre de transferts totalisant 14 milliards $, envois qui seraient assortis de conditions.

Dans la même catégorie