/news/society

Le racisme systémique enraciné au sein des forces armées canadiennes

Agence QMI

POL-STATISTIQUES-AGRESSIONS

MATTHEW USHERWOOD/AGENCE QMI

Le chef d'état-major de l'armée, le général Jonathan Vance, soutient que le racisme systémique et le manque de diversité sont enracinés au sein de son organisation et promet de continuer à changer cette culture.

«Pendant des générations et des générations, nous avons surtout recruté et formé localement [...] et il y avait un sentiment qu’on pouvait faire confiance seulement à ceux qui nous ressemblent. Cela est très enraciné dans les forces armées», a-t-il lancé durant une conférence de presse, vendredi, à Ottawa.

Il a du même souffle indiqué que sa sous-ministre et lui-même feraient prochainement une sortie publique pour parler des prochaines étapes de leur stratégie pour endiguer le racisme systémique au sein des Forces armées canadiennes.

Dans un plaidoyer pour la diversité, le général Vance a soutenu que du progrès était déjà en marche et qu’il avait vu des équipes beaucoup plus variées être déployées.

«Il y en a qui, je crois, voient une certaine vertu à l’homogénéité des équipes [d’une autre époque]. Ce ne sont pas ces personnes que j’essaie de recruter et ce ne sont pas celles qui vont servir le Canada dans de futurs combats», a-t-il dit.

Le chef d'état-major a insisté sur le fait que les FAC sont constituées en «un réseau d'équipes», plaidant que seules celles où chacun sent qu'il peut compter sur les autres sont réellement fonctionnelles.

Dans la même catégorie