/news/coronavirus

Application web: fini les longues files d’attente au soleil

Roxane Trudel | Journal de Montréal

Ouverture des magasins

Photo d’archives, Pierre-Paul Poulin

On ne devrait plus attendre en file en 2020, croit un entrepreneur montréalais qui a créé un système pour attendre en ligne à la place du consommateur, l’avertissant de son tour à l’aide d’un simple texto. 

« Une salle d’attente, ça ne devrait plus exister nulle part. Il faut qu’on arrête d’être assis les uns à côté des autres, tous malades, chez le médecin. Ça n’a aucun bon sens », illustre Patrick Lepage, créateur de l’application web Keeoo.me (qui se prononce « cue me », c’est-à-dire « signale-moi », en anglais). 

L’application web, qui ne nécessite aucune installation, a été conçue pour être simple d’utilisation de façon à encourager les clients à acheter plus local, au lieu de commander en ligne. 

« Quand tu passes en avant d’un commerce, que t’as l’idée d’aller dans ce commerce-là, mais que tu vois la file et que ça a l’air long, ça donne le goût de passer tout droit et d’acheter sur Amazon. Ce n’est pas ça qu'on veut », ajoute-t-il. 

« Pensée pour les clients » 

Président de l’entreprise Raphaël U, une compagnie qui habille les élèves d’une soixantaine d'établissements scolaires, M. Lepage a initialement créé l’application pour répondre aux besoins de sa clientèle.

Lors de périodes de gros achalandages, l’entreprise peut desservir jusqu’à mille clients par jour et doit gérer de longues files, explique-t-il.

« On l’a pensée pour nos clients, pour ceux qui ont un téléphone, ceux qui n’en ont pas, et ceux qui ne comprennent pas comment ça marche », souligne-t-il. 

En période de distanciation sociale, il a décidé de mettre son application à disposition des commerces. 

Deux clics 

Pour le consommateur, il ne suffit que de cliquer sur l’hyperlien transmis par le magasin où il veut se rendre et d’y entrer son nom pour se joindre à la file virtuelle. Une conversation SMS débute alors sans frais dans le téléphone du client, et l’avertit quand c’est à son tour.

Si la personne ne possède pas de téléphone, le commerçant peut aussi la rentrer manuellement dans la file virtuelle. 

« Actuellement, la personne avec le [désinfectant] à l’entrée est super bien placée pour expliquer le processus », dit-il.

Du côté du commerçant, il coûte environ 20 sous chaque fois qu’un client se joint à la file. À l’image des « petits numéros à la boucherie », c’est à l’entreprise de choisir sa façon de gérer l’attente, que ce soit à la caisse, aux services, pour discuter avec un conseiller, etc. 

La file peut aussi être mise sur pause quand il n’y a pas d’attente. 

« L’application n’est pas assez arrogante pour prendre les décisions pour le commerçant, c’est simplement un outil », conclut l’entrepreneur.