/news/currentevents

«Crime pay$»: La triste fin d’un jeune de Laval

Frédérique Giguère | Le Journal de Montréal

Le même Kevin Denis prend la pose avec plusieurs liasses de billets.

Photo courtoisie

Le même Kevin Denis prend la pose avec plusieurs liasses de billets.

Les autorités enquêtent sur la mort récente d’un petit criminel qui multipliait les frasques avec son frère cadet, au point où les deux se sont fait tatouer « crime pay$ » (le crime rapporte) en grosses lettres dans le cou.

Kevin Denis, trouvé mort au début mai, est photographié lors de l’une de ses nombreuses arrestations. On aperçoit son tatouage « Crime pay$ » dans le cou.

Photo courtoisie, police de Laval

Kevin Denis, trouvé mort au début mai, est photographié lors de l’une de ses nombreuses arrestations. On aperçoit son tatouage « Crime pay$ » dans le cou.

Connus comme « les frères Denis », les deux hommes accumulent les crimes depuis leur adolescence, sans toutefois faire preuve d’une grande ingéniosité. 

Malgré leur jeune âge, ils ont été condamnés à des peines de prison environ une vingtaine de fois en plus d’être inscrits dans des rapports d’enquête à plus d’une soixantaine de reprises, selon nos informations. 

D’ailleurs, lorsqu’ils entendent les noms de Kevin Denis, 26 ans, et Dylan Denis, 23 ans, la grande majorité des policiers lavallois lèvent instinctivement les yeux au ciel tant ils sont tristement célèbres pour leurs nombreuses interpellations.

Le duo était membre d’un gang de rue d’allégeance rouge, mais se trouvait au bas de la hiérarchie, selon les renseignements colligés par la police. Mais les Denis semblaient tirer une grande fierté de leur mode de vie, comme en témoigne la voyante inscription tatouée dans leur cou.

Dylan Denis, le cadet, arbore le même tatouage que son frère dans le cou.

Photo courtoisie, police de Laval

Dylan Denis, le cadet, arbore le même tatouage que son frère dans le cou.

Possible surdose 

Le mois dernier, le duo à la complicité inébranlable a connu une fin dramatique lorsque Kevin Denis a été trouvé mort au lendemain d’une fête chez un copain. Les circonstances de son décès doivent encore être éclaircies par le coroner assigné au dossier. 

Les deux frères sont filmés par des caméras de sécurité lors d’un vol il y a quelques années.

Photo courtoisie, police de Laval

Les deux frères sont filmés par des caméras de sécurité lors d’un vol il y a quelques années.

Chose certaine, lorsque la bande d’amis s’est couchée à la fin de la soirée, Kevin Denis était toujours en vie. À leur réveil, vers 11 h le lendemain, le jeune criminel ne respirait plus. 

Selon nos sources, tout indique qu’il serait mort d’une surdose de drogue, mais les autorités tiennent à s’assurer qu’aucun geste criminel n’est lié au décès.

Il faut dire que le passé des deux frères est houleux. Ils avaient fait l’objet d’une enquête de grande envergure en 2014 lors d’une série de vols dans des écoles. 

Un grand nombre d’ordinateurs portables ont été volés par les criminels dans une école secondaire de Laval.

Photo courtoisie, police de Laval

Un grand nombre d’ordinateurs portables ont été volés par les criminels dans une école secondaire de Laval.

De nombreux objets, notamment des ordinateurs portables, avaient été volés dans des écoles secondaires.

En 2017, Dylan a aussi été arrêté pour avoir tenté de tuer une adolescente au métro Cartier. La petite, qui est toujours en vie, se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment. Denis avait tout simplement décidé qu’il ouvrait le feu sur une bande d’amis dans le but de venger un membre de sa famille. 

Puis, en septembre 2019, Kevin Denis a été à son tour victime d’une tentative de meurtre alors qu’il conduisait. 

Atteint d’une balle à l’épaule, le jeune homme s’était réfugié au poste de police pour demander de l’aide. Le présumé meurtrier, Ralph Junior Duval, a été arrêté deux mois plus tard. 

Quelques-uns des éléments volés dans un magasin à grande surface par les frères Denis et trouvés par la police de Laval.

Photo courtoisie, police de Laval

Quelques-uns des éléments volés dans un magasin à grande surface par les frères Denis et trouvés par la police de Laval.

Des impulsifs 

« C’est important de ne pas glorifier ces deux hommes-là, indique l’inspectrice Karine Ménard de la division du renseignement du Service de police de Laval (SPL). On parle de criminalité d’opportunité, de jeunes qui sont plutôt désorganisés et surtout impulsifs. On n’est pas du tout dans la grande criminalité organisée. Ils laissent toujours des traces et on les retrouve toujours. Ce ne sont pas des caïds, loin de là. »

Contactée par Le Journal, la mère des jeunes hommes n’a pas donné suite à notre demande d’entrevue.