/finance/homepage

Collecte de données de clients: la chaîne Tim Hortons visée par une enquête

Jean-Michel Genois Gagnon | Journal de Montréal

La chaîne de cafés Tim Hortons est visée par une enquête canadienne concernant la collecte et l’utilisation d’informations personnelles de ses clients via son application mobile utilisée pour effectuer des commandes.

Selon un article paru dans le Financial Post, l’application de Tim Hortons pouvait «recueillir et utiliser les données sur les déplacements des personnes alors qu’elles vaquent à leurs occupations quotidiennes».

Lundi, le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada (CPVP) a indiqué que l’enquête sera réalisée conjointement avec le Commissariat à l’information et à la protection de la vie privée de l’Alberta, le Commissariat à l’information et à la protection de la vie privée de la Colombie-Britannique et la Commission d’accès à l’information du Québec.

Ces quatre organisations vérifieront notamment si cette division de Restaurant Brands International respecte la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques.

Le CPVP vérifiera également si l’enseigne a obtenu un consentement valable des utilisateurs de l’application pour recueillir et utiliser leurs données de géolocalisation «à des fins qui pourraient inclure l’amassement [sic] et l’utilisation de profils d’usagers détaillés» et si «la collecte et l’utilisation des données sont appropriées dans les circonstances».

La direction du CPVQ, qui a refusé d’accorder des entrevues sur ce sujet, est d’avis que la géolocalisation peut révéler des renseignements «très sensibles» sur les habitudes de vie des gens.

Modification 

De son côté, la direction de Tim Hortons a indiqué au Financial Post avoir apporté des modifications à son application. 

Dans un article du média, on peut lire que les données des consommateurs auraient été enregistrées toutes les trois à cinq minutes et que l’entreprise Radar Labs était responsable de les analyser. Par ailleurs, les renseignements étaient récoltés, et ce, même si l’application était fermée.