/finance/homepage

Couche-Tard double son bénéfice malgré la pandémie

Agence QMI

Photo d'archives

Le bénéfice net d'Alimentation Couche-Tard a pratiquement doublé lors du quatrième trimestre qui s'est terminé le 26 avril, et ce, malgré la pandémie et les mesures de confinement.

Le géant lavallois du commerce de proximité a annoncé, lundi, un bénéfice net de 576,3 millions $ US (environ 787 millions $ CAN), ou 0,52 $ US par action, pour son quatrième trimestre de 2020, contre 289 millions $ US (environ 395 millions $ CAN) ou 0,26 $ US par action lors du trimestre correspondant en 2019.

Les résultats financiers de Couche-Tard sur l'ensemble de l'année ont aussi de quoi réjouir les dirigeants et actionnaires. Le bénéfice net s'est élevé à 2,354 milliards $ US (environ 3,2 milliards $ CAN), contre 1,834 milliard $ US (2,5 milliards $ CAN) en 2019, en hausse de 28,3 %.

Comme moult entreprises, Couche-Tard a observé une baisse de l'achalandage et de ses ventes de carburant dans ses commerces partout dans le monde en mars et avril, à mesure que les gouvernements ont commencé à imposer des mesures de confinement.

Cependant, la chute historique du prix du baril d'or noir a permis au géant du commerce de détail de hausser ses bénéfices sur ses ventes de carburants, particulièrement en Europe et aux États-Unis, ce qui a fait gonfler son bénéfice net au quatrième trimestre

«Les comportements d'achat de nos clients ont changé: leur panier moyen est plus élevé et inclus de façon plus importante des produits liés aux achats impulsifs et aux articles de première nécessité», a aussi observé le président et chef de la direction d'Alimentation Couche-Tard, Brian Hannash.

«Dans l'ensemble, nous avons connu une année exceptionnelle, tant sur le plan financier qu'opérationnel. [...] Notre modèle d'affaires agile et décentralisé, ainsi que notre progression vers l'excellence opérationnelle, nous ont permis de surmonter les défis sans précédent liés à la crise de la COVID-19 et de nous en sortir mieux que bien d'autres entreprises», a ajouté M. Hannash.