/finance/homepage

Déménagement: attention aux «frais COVID-19», rappelle l’OPC

Roxane Trudel | Journal de Montréal

stock.adobe.com

L’Office de la protection du consommateur (OPC) veut mettre en garde contre certains déménageurs mal intentionnés qui pourraient tenter de profiter de la situation actuelle pour ajouter des « frais COVID-19 » qui n’étaient pas dans l’entente initiale.

• À lire aussi: Un défi de taille pour les déménageurs cette année 

• À lire aussi: Les déménageurs exposés à la COVID-19

« On ne peut pas exiger un prix supérieur au prix qui a été convenu, ou capturer des frais qui n’étaient pas prévus au contrat. Pour que des frais comme ça soient exigibles, légaux, il faudrait qu’ils aient été convenus à l’avance », dit Charles Tanguay, porte-parole de l’OPC. 

Même s’il est conscient que plusieurs entreprises ont dû dépenser de petites fortunes pour respecter les mesures sanitaires, l’Office soutient qu’il ne devrait pas y avoir de frais-surprises ajoutés à la dernière minute. 

« On comprend que les commerçants sont éprouvés eux aussi par la situation [...], mais le prix convenu doit demeurer le même », répète-t-il. 

Pas de frais... cette année

Plusieurs compagnies de déménagement ont décidé pour leur part de ne pas augmenter la tarification pour les clients cette année, sachant que plusieurs foyers éprouvent des difficultés financières liées à une perte d’emploi, et font appel à la Prestation canadienne d’urgence (PCU). 

« Déjà, déménager, c’est extrêmement stressant, imaginez si vous avez un souci financier en plus. On n’a pas augmenté nos coûts, mais c’est sûr que, l’année prochaine, il va y avoir de la part de beaucoup de déménageurs une augmentation à prévoir, parce qu’on ne peut pas assumer cette dépense-là ad vitam æternam », souligne Pierre-Olivier Cyr, propriétaire de Déménagement Le Clan Panneton.

Il affirme avoir déjà dépensé plus de 100 000 $, juste en matériel de protection et en désinfection de véhicule. 

Chaque année à l’approche du jour J, M. Cyr raconte qu’il reçoit des appels de détresse de clients qui ont été floués soit par de fausses entreprises, ou encore par des gens qui s’improvisent déménageurs.

« C’est bien d’acheter local, mais il faut aussi acheter légal. Assurez-vous de faire affaire avec des entreprises qui paient leurs impôts, qui déclarent leurs employés. », conclut-il, en ajoutant que ceux qui déménagent peuvent appeler l’OPC pour obtenir des recommandations. 

Dans la même catégorie