/news/world

Un juge fixe au 8 mars la date possible du procès

Agence France-Presse

Un juge de Minneapolis a espéré lundi pouvoir organiser le 8 mars le procès des policiers impliqués dans le meurtre de George Floyd, mais a menacé de le dépayser si les parties continuaient à s'exprimer dans les médias sur ce dossier qui a révolté l'Amérique.

• À lire aussi: Mort de George Floyd: une nouvelle vidéo choquante rendue publique

• À lire aussi: Le policier qui a tué Floyd «savait ce qu’il faisait», affirme son ex-professeur d’arts martiaux

• À lire aussi: Après la mort de George Floyd, Minneapolis approuve un «nouveau modèle» de police

Vêtu d'un costume orange de prisonnier, le visage couvert d'un masque, l'ex-agent Derek Chauvin a comparu par lien vidéo depuis la prison de haute sécurité où il est détenu depuis un mois.

Cet homme blanc de 44 ans est inculpé de meurtre pour avoir asphyxié George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, en s'agenouillant sur son cou pendant de longues minutes.

Ses trois anciens collègues Alexander Kueng, Thomas Lane et Tou Thao, poursuivis pour complicité de meurtre, se sont présentés en personne devant un tribunal de cette ville du Minnesota, dans le nord des États-Unis.

Les deux premiers ont été remis en liberté conditionnelle contre le versement d'une caution de 750.000 dollars. Le dernier est toujours écroué mais a été transféré au tribunal pour cette audience.

Les quatre hommes, qui ont tous été licenciés de la police, encourent jusqu'à 40 ans de réclusion. Ils n'ont pas encore dit s'ils comptaient plaider coupable ou pas.

Le 25 mai, ils avaient voulu arrêter George Floyd soupçonné d'avoir tenté d'écouler un faux billet de 20 dollars dans un commerce de Minneapolis. Le quadragénaire, menotté, avait été plaqué au sol et l'agent Derek Chauvin avait appliqué son genou sur son cou pour l'y maintenir.

«Je ne peux plus respirer», a supplié George Floyd à plusieurs reprises avant de perdre conscience. Malgré les interventions de passants, Derek Chauvin a continué à exercer sa pression.

Le drame, dont les images captées par une passante sont devenues virales, a suscité une vague de manifestations inédites depuis les grandes marches pour les droits civiques des années 1960, qui a même dépassé les frontières américaines.

Dans les cortèges se sont mêlés des appels à réformer la police, à mettre un terme aux inégalités entre les Américains noirs et blancs et à assumer le passé raciste et esclavagiste du pays.

Lors de l'audience, l'avocat de Derek Chauvin s'est plaint que de nombreux responsables, dont le maire de Minneapolis ou même le président Donald Trump, aient commenté l'affaire. «C'est un dossier qui présente un grand intérêt public», a reconnu Me Eric Nelson, «mais si ces déclarations continuent je demanderai à la justice» de les interdire, a-t-il menacé.

Le juge Peter Cahill, qui avait interdit les caméras dans la salle d'audience, a lui aussi souhaité que l'affaire soit jugée au tribunal et non dans les médias. Sinon, il faudra dépayser le procès en dehors du comté de Hennepin, a-t-il déclaré.

Le magistrat a fixé au 8 mars 2021 la date possible pour sa tenue. Celle-ci pourra toutefois être revue en fonction de l'avancée de la procédure.

Le procureur Matthew Frank a assuré vouloir lui aussi «un procès équitable» et s'est engagé à recommander à la famille, aux élus et aux enquêteurs en charge du dossier de s'abstenir de commenter le dossier publiquement à l'avenir.

Au même moment, à l'extérieur du palais de justice, un oncle de George Floyd a souhaité que le procès ne se tienne pas dans le Minnesota. «Je ne suis en colère contre personne», a déclaré à la presse Selwyn Jones, venu exprès du Dakota du Sud pour cette audience.

Mais pour lui le procès «ne sera pas juste» s'il a lieu dans cet État où la population noire est très minoritaire.

La prochaine audience a été fixée au 11 septembre.