/finance/homepage

La SQDC «déçue» de voir Aurora quitter le Québec

Jean-Michel Genois Gagnon | Journal de Montréal

ANNIE T. ROUSSEL/JOURNAL

Bien qu’elle soit «déçue» de voir son fournisseur Aurora Cannabis disparaître ou presque du Québec, la Société québécoise du cannabis (SQDC) n’a pas l’intention de revoir son lien d’affaires avec la compagnie.

La semaine dernière, dans le cadre d’une seconde vague de compressions en moins de cinq mois, le producteur albertain a notamment annoncé mettre un terme à la majorité de ses activités dans ses deux centres de production au Québec, d’ici la fin 2020.

En fait, la société canadienne fermera son site à Lachute. Quant à ses installations à Pointe-Claire inaugurées en 2017, une partie des équipements continuera de servir pour la fabrication «de produits à marge plus élevée». Ce sont plusieurs dizaines de personnes qui seront remerciées.

«Cette annonce, bien que décevante, ne compromet pas notre relation d’affaires avec Aurora», a indiqué la porte-parole à la SQDC, Vanessa Roland, ajoutant qu’à moyen terme, la société d’État avait toutefois pour objectif d’augmenter son offre de cannabis produit au Québec.

Lors du dévoilement du dernier rapport annuel de la société d’État, le PDG Jean-François Bergeron avait confié au Journal qu’il espérait qu’au moins 20 % de ses fournisseurs, d’ici 2023, aient un siège social au Québec.

«Au fur et à mesure que l’industrie du Québec poursuit sa croissance, la SQDC surveille avec intérêt les entreprises qui émergent et souhaite leur faire de la place sur ses tablettes», poursuit Mme Roland.

«Pas prise à la légère»

De son côté, la direction d’Aurora mentionne que cette décision «n’a pas été prise à la légère». Elle a aussi tenu à remercier l’ensemble de ses travailleurs au Québec ainsi que le gouvernement.

«Alors que nos activités et notre industrie évoluent, nous prenons les mesures nécessaires pour simplifier et renforcer nos opérations vers des sites centraux pouvant répondre à la demande actuelle et future», affirme Rick Savone, vice-président des relations gouvernementales.